X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Entretien

Logo MQA

Rencontre avec Céline Issen, consultante en santé environnementale

"La voie d'exposition la plus importante , c'est l'alimentation". Chacun peut agir à son échelle.

Rencontre avec Céline Issen, consultante en santé environnementale

Paru le 23 janvier 2024

Ecrit par Perrine de Mon Quotidien Autrement

Médecin de formation, passée par les services de cancérologie et par l’industrie pharmaceutique, Céline Issen s’est aujourd’hui reconvertie dans la santé environnementale. En 2019, elle a créé son auto-entreprise, Mon éco-logis, pour exercer le métier de consultante. Face à l’augmentation des expositions environnementales néfastes, le nombre de malades explose. Son but ? « Faire de la médecine préventive et faire en sorte que des personnes qui sont en bonne santé le restent ».

Qu’est-ce que la santé environnementale ?

Si on prend la définition de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), la santé environnementale comprend tous les aspects de la santé humaine qui sont liés à des facteurs environnementaux, qu’ils soient physiques, chimiques ou biologiques. Il y a tout ce qui se passe à l’intérieur de notre logement mais aussi à l’extérieur.  Donc, toutes les expositions classiques, c’est-à-dire une mauvaise qualité de l’air intérieur, les perturbateurs endocriniens, les substances irritantes, allergisantes…

Mais quand on prend la santé environnementale au sens large, ça comprend aussi tout ce qui se passe à l’extérieur des bâtiments, c’est-à-dire la pollution atmosphérique, les pollutions aux pesticides dans l’eau du robinet, etc. Toutes ces choses que, à titre individuel, l’on ne peut pas gérer, mais qui doivent bien être gérées par quelqu’un. Notre environnement, c’est quelque chose d’extrêmement large, qui comprend même les expositions dans nos activités professionnelles.

Et les expositions à travers notre alimentation ?

Il y en a des pays qui l’incluent et d’autres non. En France, normalement, ça ne l’est pas. Tout ce que vous décidez de faire vous-même (comme le tabagisme ou la consommation d’alcool), relève de pratiques individuelles et n’entre pas dans le champ de la santé environnementale. Pour l’alimentation, il y a également deux volets. Ce que vous décidez de manger, ce n’est pas de la santé environnementale. En revanche, est-ce que dans les aliments que vous consommez, il y a des résidus de pesticides ? Ça, éventuellement, c’est de la santé environnementale. Quand vous êtes chez vous et que vous cuisinez, si vous prenez une boîte en plastique pour les restes alimentaires de la veille et que vous les réchauffez au micro-ondes, vous vous exposez aux additifs du plastique et ça rentre aussi en compte.

En quoi consiste votre métier de consultante ?

Quand j’ai commencé, je pensais que j’allais travailler en direct avec des particuliers pour faire, par exemple, des audits de domiciles. Ce que je trouvais important, c’était de gérer son environnement à titre individuel. En réalité, ça marche assez peu, parce que ce n’est pas pris en charge par la sécurité sociale. C’est donc un investissement de temps et d’argent. Et je me suis rendue compte que peu de personnes connaissaient la santé environnementale et se sentaient concernées.

Après, il y a tout le travail avec des entreprises. Je fais du consulting pour des entreprises qui fabriquent des produits cosmétiques ou des produits ménagers, et demandent conseil sur l’utilisation d’un certain nombre d’ingrédients. Il y a aussi le démarchage auprès des collaborateurs de grandes entreprises pour travailler sur ce qui se passe à l’intérieur de la structure. Par exemple, sur la qualité de l’air du bâtiment, s’il y a des expositions particulières au sein de l’entreprise, etc.

Et puis, le reste du travail, c’est avec les collectivités territoriales. Ça peut être dans le cadre d’un « contrat local de santé » : c’est une collaboration à l’intérieur d’un territoire pour améliorer la santé des administrés. Là, le principe, c’est de dire sur les prochaines années quelles sont les priorités en termes de santé pour les habitants, et en fonction de ces priorités, quelles actions mettre en place. Par exemple, depuis le 1er janvier 2023, il y a une réglementation qui impose une surveillance renforcée de la qualité de l’air dans tous les établissements d’accueil des enfants, de la crèche au lycée. Je travaille beaucoup là-dessus.

Quels sont les risques auxquels nous sommes confrontés quotidiennement ?

La voie d’exposition la plus importante, c’est l’alimentation. Il y a les pesticides, mais aussi comment on cuisine, quels sont nos ustensiles. Les boîtes en plastique dont je parlais par exemple : le plastique n’est pas inerte, les additifs peuvent migrer. On retrouve du bisphénol dans le plastique, et si vous le chauffez, il va s’extraire de la matrice plastique et va rentrer dans les aliments. Ces transferts-là se produisent avec des aliments chauds, acides, ou gras. Pareil pour les films alimentaires étirables ou les boîtes de conserve métalliques (pour qu’elles ne rouillent pas, il y a un film protecteur à base de bisphénol). Les matériaux les plus adaptés dans la cuisine, c’est le verre et l’inox.

Et sinon, il y a aussi l’air intérieur. Nos meubles émettent en permanence un certain nombre de composés dans l’air sous forme de gaz. Ça vient de la colle, des vernis ou de la peinture. Si on n’aère pas assez, on se retrouve avec un air intérieur très pollué par nos meubles mais aussi nos produits ménagers. Et ces polluants font le lit de maladies asthmatiques ou allergiques… Attention aussi à tout ce qui est parfums d’ambiance, aérosols, bougies, encens… Y compris les sprays « assainissants » qui n’assainissent rien en réalité, mais qui polluent.

Auriez-vous des conseils faciles à mettre en place pour améliorer nos environnements ?

La première chose à faire et qui ne coûte rien, c’est d’aérer son logement dix minutes, deux fois par jour, minimum. Le but est d’évacuer les polluants émis par nos meubles. Il vaut mieux le faire deux fois par jour, c’est important. Il y a la poussière aussi, c’est un peu la même idée : il y a des substances qui restent sous forme de gaz et il y a des substances qui retombent avec la poussière. C’est donc important d’enlever la poussière avec attention, si possible, avec un chiffon en microfibre ou humide.

Ensuite, il faudrait supprimer les plastiques alimentaires. Si on a des boîtes en plastique, on ne les passe pas au micro-ondes et si on veut y mettre les restes alimentaires, on attend qu’ils soient froids. Et dès qu’on peut, on achète des boîtes en verre pour les remplacer.

Concernant les produits ménagers, il faut regarder les pictogrammes, ces losanges entourés de rouge. S’il n’y en a pas, c’est qu’il n’y a pas de danger. Pour les cosmétiques, il y a des applications, comme par exemple Incy Beauty, qui permettent de flasher les produits. On peut ainsi analyser nos cosmétiques, et les changer s’ils contiennent une substance qui a un impact sur notre santé. Il suffit de choisir ceux qui ont la meilleure note.

Mais tout ça, Il faut le faire progressivement. Je suis convaincue par la méthode des petits pas : on change une habitude après l’autre pour éviter une trop grande charge mentale.

Avis sur : Rencontre avec Céline Issen, consultante en santé environnementale

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société