Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Des pesticides cachés dans notre thé

Thé vert, noir ou bio : aucun n'est épargné

Deux tiers des Français disent boire régulièrement du thé © Kai Chan Vong

Paru le 16 janvier 2018

Ecrit par Déborah

Ça fait réfléchir

Difficile de résister à une bonne tasse de thé. La boisson a du goût, réconforte et aurait de nombreuses vertus : des propriétés antioxydantes agissant contre le vieillissement ou le développement de l’ostéoporose, des effets potentiels dans la prévention de certains cancers… Bref le thé a tout pour plaire.

Mais, en novembre dernier, le magazine 60 Millions de consommateurs a publié une nouvelle étude révélant que sur 26 marques analysées (16 thés noirs et 10 thés verts à la menthe), aucune n’était totalement irréprochable. Toutes contenaient des pesticides … jusqu’à 17 traces différentes pour certaines marques.

Des pesticides même dans les thés bio

Si neuf marques affichent des traces « à peine quantifiables », quatre autres dépassent carrément les limites réglementaires ou témoignent d’un « nombre important de résidus ».

Ni les marques réputées, comme Dammann Frères, ni même les thés bio n’échappent à la règle.

Les substances que l’on retrouve le plus fréquemment sont le folpet (un fongicide) et l’anthraquinone (un répulsif pour oiseaux). En cause : les feuilles de thé ne sont nettoyées ni durant la récolte, ni au cours de la préparation, pour qu’elles ne perdent pas leur goût.

Globalement, le thé noir s’en sort encore moins bien que le thé vert, qui compte en moyenne 3,4 fois moins de résidus.

Les thés bio ne sont pas irréprochables mais affichent cependant des quantités de pesticides 2,2 fois inférieures aux autres.

Métaux et toxines : on en trouve aussi

Les pesticides ne sont pas les seules substances toxiques que l’on décèle dans le thé. S’y cachent également métaux et toxines potentiellement nocifs. Là encore, aucune des marques testées ne tire son épingle du jeu. Toutes sont concernées en particulier par la présence d’aluminium , dont la concentration peut atteindre 1,19 g/kg parmi les thés noirs, et 1,43 g/kg pour les thés verts.

Il est également fréquent, lors de la récolte, que mauvaises herbes et feuilles de thé ne soient pas correctement triées. Problème : ces mauvaises herbes contiennent des toxines, comme l’alcaloïde pyrrolizidinique, qui sont certes produites naturellement par les plantes mais sont néanmoins reconnues potentiellement cancérogènes et ne sont pourtant réglementées ni par la France, ni par l’Europe. C’est d’ailleurs à cause de la présence importante de cette substance que la marque  Kusmi Tea a rappelé, par précaution, en janvier 2017, ses tisanes à la camomille.

Pesticides, métaux, toxines…, tout cela a de quoi dégoûter. Cependant à l’échelle d’une tasse, il s’agit de pollutions et contaminations minimes. Inutile de s’alarmer outre mesure. Le problème, en revanche, peut venir de la fréquence à laquelle nous consommons du thé. En en buvant tous les jours, pendant des années, on s’expose potentiellement à une contamination chronique. Montrez-vous vigilant si vous buvez du thé tous les jours, voire plusieurs fois par jour.

Vous reprendrez bien une petite tasse de thé ?

  • Préférez les thés verts aux thés noirs.
  • Choisissez des thés bio. Les traces de pesticides sont vraiment moindres.
  • Variez les plaisirs : certains spécialistes conseillent de changer régulièrement de marque. 
  • Dans l’étude de 60 Millions de consommateurs, les thés ressortis, parmi les thés étudiés, comme étant les plus « purs » sont :
    • les thés verts : le thé U bio, le Lipton Tchaé et le Lov Organic bio
    • les thés noirs : le thé Mariage Frères (earl grey impérial, arôme bergamote), le Auchan bio (earl grey aromatisé) et le thé Palais des thés (bio)

Avis sur : Des pesticides cachés dans notre thé

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les commentaires :

Cette étude ne mentionne pas les thés des marques « Jardin de Gaïa » ou « la route des Comptoirs », bio toutes les deux. Dans sa précédente étude, Que Choisir avait plébiscité la route des Comptoirs pour la qualité de ses produits. Qu’en est-il maintenant ?
Ce qui est énervant avec Que Choisir, c’est que ce magazine ne peut tester tous les produits concernés par ses études et il publie des conclusions incomplètes mais qui peuvent nuire aux acteurs d’un secteur. Il arrive régulièrement que la revue publie ensuite un rectificatif mais souvent, le mal est fait….

Bonjour,
merci pour votre commentaire. Nous avons fait le choix de relayer cette étude de 60 Millions de consommateurs, afin d’informer nos lecteurs sur la présence potentielle de substances nocives dans le thé, mais en effet, cette étude n’est pas exhaustive. Elle ne prétend d’ailleurs pas l’être puisqu’elle indique très clairement que seules 26 marques ont été testées. Nous regrettons, tout comme vous, que des marques telles que Les Jardins de Gaïa et La Route des Comptoirs n’aient pas été analysées et que, plus généralement, les marques vendues en magasin bio soient souvent absentes de ces études.

Cet information m’est très utile car je consomme beaucoup de thé.
Je n’imaginais pas que cette plante elle aussi était exposée aux pesticides.
Je vais m’orienter désormais vers Le jardin des thés.
Merci pour votre aide. Bonne continuation à toute l’équipe.

Bonjour Daladier et merci pour votre commentaire.
Le thé ne fait malheureusement pas exception. Comme bien des produits que nous consommons quotidiennement, il est effectivement exposés aux pesticides. Contents que cet article ait pu vous apprendre des choses.

Chaque semaine dans votre boîte mail