X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Métaux rares : faut-il rouvrir des mines en France ?

Plutôt que de délocaliser la pollution...

Une mine de cobalt en République démocratique du Congo. Crédit : Fairphone

Paru le 28 septembre 2021

Ecrit par Elsa de Mqa

Oh que l’on aime à montrer une ferme à des enfants ! Voilà d’où vient le blé qui devient de la farine, regarde comment on déterre une patate qui finira en purée… Si on tentait de décortiquer la fabrication d’un téléphone portable, on serait bien en peine. Car nombre de pays riches se contentent d’importer des ressources extraites en polluant dans d’autres pays, généralement plus pauvres… Ainsi, 60 % du cobalt mondial est produit dans le sud de la République démocratique du Congo (RDC) dans des conditions épouvantables. Il s’agit aussi d’une question géopolitique : la dépendance envers la Chine est énorme ! Elle produit 85 % de ce que l’on appelle des métaux et terres rares : nickel, cuivre, cobalt, lithium avec lesquels sont fabriqués nos téléphones portables ainsi que… les batteries des voitures électriques. Car ces métaux sont le sel des technologies dites vertes, en plein boom. Précisons que l’armée est également une grande consommatrice de ces « vitamines de l’ère moderne ». L’OCDE, dans un rapport publié en 2019, souligne que la consommation de métaux rares passera de 7 à 19 milliards de tonnes en 2062.

Le Massif central est riche en lithium

Quel est le problème, après tout ? Il y en a plusieurs, et de taille ! Les conditions de travail des ouvriers, déjà – qui sont parfois des enfants. La destruction de l’environnement, ensuite. Fatalement, extraire des métaux rares de la terre est une entreprise qui ne se fait pas dans la dentelle. “Une fois le site d’extraction abandonné, aucune végétation naturelle ne subsiste, seulement des excavations et des déchets”, résume le CNRS. Enfin, la pandémie de Covid-19 a montré que dépendre d’autres pays pour des marchandises devenues essentielles est un pari audacieux.

Les métaux rares sont issus du monde entier. Crédit : CESE

 

La question, alors, se pose : et si on relocalisait les mines en France ? C’est d’ailleurs ce que nous faisions par le passé, dans les années 80, avant d’arrêter… Coût environnemental oblige. Figurez-vous par exemple que le Massif central en France (granites de Beauvoir, de Montebras, etc.) et le Massif armoricain sont riches en lithium ! “L’extraction de substances minérales contenues dans les eaux chaudes appelées eaux géothermales et situées dans le fossé rhénan à la frontière franco-allemande, constitue [aussi] une piste intéressante”, poursuivent même des chercheurs sur le site The Conversation. « Des mines profondes environnementalement et socialement acceptables ont déjà été développées dans plusieurs pays occidentaux », ajoute un rapport de l’Académie des sciences consacré au sujet.

 

« Je ne le propose pas de gaieté de cœur mais c’est indispensable »

“La France a certes extrait bien des métaux par le passé (antimoine, molybdène, plomb, magnésium…), elle le fait encore (étain, tantale) et l’on sait que son attachement à la Nouvelle-Calédonie (nickel, cobalt) ou à la Guyane (or) n’est pas étranger à la richesse de leurs strates géologiques, mais la reprise ou l’intensification des forages ne sauraient couvrir la diversité des besoins”, estime pourtant le spécialiste du sujet, Guillaume Pitron. L’auteur de La guerre cachée des minéraux (éd. Les liens qui libèrent, 2018) plaide tout de même pour une réouverture des mines en France. « Je ne le propose pas de gaieté de cœur mais c’est indispensable, dit-il dans Libération. Si les Français ont sous leur fenêtre la tonne de minerais qui a servi à la construction de leur voiture électrique, ils seront obligés d’ouvrir les yeux. Je plaide pour ce choc visuel, psychologique et physique. »

L’État est tracassé. Il a même demandé au Conseil économique, social et environnemental de livrer un avis : “La dépendance aux métaux stratégiques, quelles solutions pour l’économie ?”. Celui-ci rappelle l’enjeu géopolitique relatif à l’approvisionnement en métaux, l’importance de l’Outre-mer – et les oppositions locales (légitimes !) aux projets miniers comme la Montagne d’or en Guyane et insiste sur la nécessité de créer une filière de recyclage. “En France, cent millions au moins de téléphones dormiraient dans les tiroirs car ils pourraient servir « au cas où »” , lit-on par exemple ! Enfin, il faut bien sûr moins consommer… Et pour cela lutter contre l’obsolescence programmée des objets grâce à une forte volonté politique.

Avis sur : Métaux rares : faut-il rouvrir des mines en France ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les commentaires :

@ Mireille Bastien Bonjour et merci pour votre message ! Oui c’est compliqué de ré-ouvrir les mines en France mais à notre avis indispensable. Il n’y a pas de raison que nous allions polluer ailleurs que « chez nous » et ce sera le meilleur moyen pour que les consommateurs que nous sommes se rendent compte de l’impact de leur consommation.

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société