X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Et si l’inflation était une bonne raison de manger bio ?

Les prix ont moins augmenté.

Dans les rayons bio, les prix ont moins augmenté. (DR)

Paru le 19 décembre 2022

Ecrit par Déborah de Mon Quotidien Autrement

Elle avait explosé pendant le premier confinement. Connaissait une hausse constante depuis une dizaine d’années. Et c’était une très bonne nouvelle. Mais depuis plusieurs mois, la consommation de produits bio dégringole. -6.2 % entre janvier et septembre 2022, selon la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab). Et la baisse devrait dépasser 10 % à la fin de l’année. « J’ai vu le panier moyen diminuer, témoigne Florent Rouillard, maraîcher bio dans la Sarthe, sur France info. Les gens sont venus m’acheter trois carottes et deux patates. On se demande ce qu’ils vont faire avec ça : ça ne va pas aller bien loin… En fait, les gens mangent des pâtes et ils ont arrêté de manger des légumes ! »

Moins de confiance dans les labels bio

Les raisons de ce recul de la consommation ? Le label n’a plus la même aura. La multiplication des labels et appellations « écologiques » nuisent à l’image globale du bio. « Je suis convaincu que l’agro-industrie et la grande distribution ont eu leur rôle là-dedans, regrette Pierrick de Ronne, président de Biocoop, toujours sur France info. C’est-à-dire qu’ils ont pris le cahier des charges sans les valeurs et ont surfé sur la confiance qu’il y avait dans le label. Aujourd’hui, les consommateurs constatent qu’il y a du bio qui vient de l’autre bout du monde ou qui est nutri-score E ou F, et cela prête à confusion. » Laure Verdeau, directrice de l’Agence Bio, interrogée par l’Obs en septembre dernier complète :  « Des patrons de magasin déréférencent des produits bio et mettent à la place des références dites ‘agroécologiques’, sans aucun cahier des charges ni contrôle. »

Le prix joue également dans cette chute. On estime qu’un produit bio reste en moyenne 30 % plus cher que son équivalent conventionnel. Ce qui freine l’achat de nombreux consommateurs dans un contexte inflationniste. Et les Français ont réduit, de manière générale, leur budget alimentaire, y compris bio. Néanmoins, ce critère de prix « est de moins en moins fort, expliquait Laure Verdeau. Notre baromètre montre que le frein du prix est passé de 77 % il y a trois ans à 70 %. »

Moins d’engrais, moins de frais

Par ailleurs, l’inflation touche moins le bio. Surtout si on privilégie les circuits courts, qui ne sont, de fait, pas impactés par la hausse des prix du transport. Le biologique échappe aussi à l’envolée des prix des engrais de synthèse (importés et coûteux en énergie) et autres intrants. Le bon climat du printemps (ayant permis une bonne récolte) et la hausse de production de lait et d’œufs bio cette année ont également évité des hausses de prix. Autre exemple, concernant les vaches laitières. Les animaux se nourrissant d’herbe, les éleveurs ne sont pas touchés par la hausse des prix de l’alimentation animale, qui peuvent représenter jusqu’à 60 % du coût de production, en conventionnel.

Par ailleurs « les agriculteurs et les industriels bio sont de plus petites structures, qui passent des hausses moins importantes auprès des distributeurs, et qui sont beaucoup plus contractualisés [les prix sont fixés pour une période donnée par un contrat], ce qui réduit la hausse des tarifs, explique la directrice de l’agence Bio. « On a ainsi vu ces dernières semaines des produits non bio plus chers que les bio ! Ou tout simplement présents dans les rayons, comme la moutarde et l’huile de tournesol, quand ils manquaient dans les grandes surfaces. »

Avis sur : Et si l’inflation était une bonne raison de manger bio ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société