Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Des gens qui se bougent

Logo MQA

J’ai 24 ans et je vis avec une grand-mère

Anna a envie d'étudier, mais n'a pas beaucoup d'argent. La solution est vite trouvée : la coloc intergénérationnelle !

J'ai 24 ans et je vis avec une grand-mère

Paru le 7 juillet 2014

Ecrit par Mon quotidien autrement

Lorsqu’elle a entendu parler des colocs intergénérationnelles, Anna a tout de suite été séduite. Après avoir obtenu son bac, la jeune fille veut s’inscrire en fac de sciences. Mais dans son département d’origine, les Hautes-Alpes, il n’existe pas d’universités proposant ce cursus. « Pour continuer à étudier, je devais déménager dans une grande ville. Mais devoir payer un loyer étudiant, vu mes moyens, n’était pas envisageable pour moi », se souvient-elle.

Une amie lui parle d’une association dans l’Isère, Digi, qui met en relation jeunes et personnes âgées. « Cela représente deux avantages : on ne paye pas de loyer, excepté la cotisation d’entrée qui coûte une centaine d’euros, et l’on partage son quotidien avec quelqu’un », explique Anna qui n’était pas rassurée à l’idée d’emménager loin de sa famille pour la première fois.

« Elle connaît mon amoureux et l’invite à dîner presque chaque semaine »

La jeune fille, 24 ans aujourd’hui, s’est toujours sentie prête à vivre avec quelqu’un de plus âgé : « J’avais l’habitude d’aider ma grand-mère pour certaines tâches du quotidien et j’appréciais beaucoup de passer du temps avec elle ». Tout en n’oubliant pas de préciser que ce genre de décision doit être bien réfléchie. « Il n’y a pas que des avantages ! Il faut être présent quatre soirs par semaine et surtout aider à faire la cuisine et le ménage ». Ce mode de vie ne convient pas à tout le monde. « Certains jeunes ne se font pas à ce genre de colocation, ils préfèrent partir au bout de quelques mois ».

Désormais en troisième année, Anna s’entend à merveille avec la dame de 85 ans chez qui elle réside. « Ma  chambre  est  incroyablement  spacieuse  et  j’ai  pu  la  personnaliser,  ce  qui  me permet de me sentir chez moi ». Plus qu’un lieu de vie confortable, l’étudiante apprécie beaucoup sa logeuse, toujours souriante et de bonne humeur : « Nous avons beaucoup de points en commun, comme la couture, nous pouvons discuter pendant des heures. Elle connaît mon amoureux et l’invite à dîner presque chaque semaine. Avec le temps, je la considère comme quelqu’un de la  famille ». Pourtant, sa première expérience n’avait pas été très concluante. « Je résidais chez une autre personne âgée avant et ça s’est très mal passé, raconte Anna. Je devais supporter à moi seule l’ensemble des tâches ménagères et n’avais même pas le droit de sortir le week-end. Heureusement, la colocation n’a pas duré longtemps, mais il ne faut pas hésiter à dénoncer les abus.»

Le saviez-vous ?

En 2050, un habitant sur trois sera âgé de 60 ans ou plus, contre un sur cinq en 2005 selon l’Insee.

Avis sur : J’ai 24 ans et je vis avec une grand-mère

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les commentaires :

Merci pour votre commentaire Aurle.
Vous êtes en effet de plus en plus nombreux à tenter cette chouette expérience !
Avez-vous habité avec votre grand-mère ou avec une grand-mère rencontrée à cette occasion ?

Chaque semaine dans votre boîte mail