X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Entretien

Logo MQA

« La Bagnole », la voiture écologique qui veut s’imposer sur les routes

Léo Choisel, designer industriel, raconte comment il a conçu une voiture écologique, légère, polyvalente et accessible.

Léo Choisel, fondateur de La Bagnole, voiture écologique © Photo personnelle

Paru le 20 septembre 2022

Ecrit par Mathilde de MQA

À quoi pourrait ressembler la voiture écologique idéale ? À une voiture légère, économe en énergie, fabriquée en France, répond Léo Choisel, designer et créateur de « La Bagnole ».

Qu’est-ce qui vous a conduit à concevoir “La Bagnole” ?

C’est le ras le bol de l’automobile moderne (rires). Plus sérieusement, je suis designer industriel et j’ai un temps travaillé dans le secteur automobile, mais j’en étais parti parce que je ne m’y retrouvais plus. Au bout de huit ans en tant qu’indépendant, j’ai commencé à me faire un petit réseau compétent pour développer mes propres produits. Je devais changer de voiture et il n’y en avait plus aucune qui me faisait rêver et qui répondait vraiment aux critères écologiques nécessaires aujourd’hui. On a de plus en plus de véhicule lourds qui transportent une seule personne dans 95 % des cas et utilisés pour des déplacements quotidiens qui souvent ne dépassent pas quelques dizaines de kilomètres par jour. Donc je me suis dit que j’allais dessiner la voiture telle qu’elle devrait être : plus intelligente tout en étant très green, très légère, très économe en énergie, avec le minimum d’équipements nécessaires pour relier un point A à un point B.

À quoi ressemble-t-elle ?

À une bagnole ! (rires) Je l’ai conçu pour deux personnes, avec un gros volume de chargement derrière, pour avoir un véhicule assez polyvalent. Ses formes géométriques sont assez simples. Avec mon associé, on voulait que ça soit comme un jouet en bois, cubique, basique. La forme est liée au processus de création aussi : on voulait que cette voiture puisse être produite localement, avec une faible empreinte carbone. On a misé sur l’électrique évidemment, avec une batterie légère, 10 à 15 fois inférieure aux véhicules standards actuels. C’est parce qu’on est sur un véhicule léger qu’on peut consommer peu d’énergie. La Bagnole a une autonomie de 70 kilomètres et peut rouler jusqu’à 75km/h, ce qui permet de répondre à la majorité des besoins. Mais si les gens le souhaitent, on a aussi développé une version qui peut monter à 130 km d’autonomie en doublant le pack de batterie. On a aussi choisi des composants qui existent déjà pour qu’elle soit facile à assembler et à réparer et on a minimisé le nombre de pièces. Cela permet d’avoir un véhicule ultra léger, en dessous de 300 kilos, quand une citadine fait 1,2 tonne en moyenne. Après, chacun peut compléter par des options : avec ou sans toit, avec ou sans vitre, avec des accessoires d’appoint comme du chauffage, une prise USB…

La Bagnole, voiture écologique © KGAuto
La Bagnole, voiture écologique © KGAuto

D’autres évolutions sont-elles prévues, pour répondre à plus d’usages ?

On l’anticipe, oui. On reçoit pas mal de demandes par exemple pour avoir un véhicule 4 places. Parfois, c’est de l’ordre du réflexe, car les gens ont du mal à se projeter à remplacer leur voiture 4 places par une 2 places. Quoi qu’il en soit, on en proposera une version prochainement, mais elle n’arrivera pas avant deux ans. On a aussi beaucoup de personnes intéressées pour utiliser La Bagnole sur de la « livraison du dernier kilomètre ». On fera peut-être un véhicule dédié à cet usage. Tout dépendra surtout de la réussite de la première Bagnole.

Comment faites-vous pour produire La Bagnole localement ?

On a revendu un contrat de licence à l’industriel automobile Groupe Savoy. C’est lui qui va produire la voiture avec ses compétences d’assemblage, de qualité, de recherche de matériaux intéressants… On est super content d’être tombé sur cet industriel avec les mêmes visions que nous. Car pendant 40 ans, le groupe Savoy s’est développé dans l’industrie automobile à l’international et il y a 5-6 ans, leur patron se retrouvait contraint pour une histoire de certificat d’ouvrir une usine au Mexique et il a dit non. Il a tout rapatrié et s’est donné pour défi de prouver aux fabricants qu’on peut construire des véhicules en France. C’est passé par beaucoup de robotisation, mais il a quand même réussi à créer des emplois et surtout, il arrive maintenant à produire des pièces ici au même prix qu’auparavant. C’est parfait pour nous car on ne voulait surtout pas arriver à une phase d’industrialisation si c’était pour fabriquer en Chine. Et on arrive à un prix en dessous de 10 000 euros, bien plus accessible que la plupart des voitures aujourd’hui.

Site officiel : https://kgauto.fr/
La Bagnole est actuellement disponible en précommande, avec une livraison prévue début 2023.

Avis sur : « La Bagnole », la voiture écologique qui veut s’imposer sur les routes

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Les commentaires :

Sondage

Etes-vous ? (plusieurs réponses possibles)

Loading ... Loading ...

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société