Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Guide pratique écologique

Logo MQA

Le rasage zéro déchet

Mode d'emploi pour se raser sans gaspiller.

Se raser sans déchet

Paru le 16 juin 2020

Ecrit par Lucas Poisson

Pour en finir avec les rasoirs jetables, mais aussi les rasoirs électriques et les bombes de mousse à raser, nous vous proposons un aperçu de techniques de rasage zéro déchet, ayant moins d’impact sur notre environnement.

Un blaireau et un savon plutôt qu’une mousse à raser

Afin de remplacer la bombe de mousse, le savon à raser avec un blaireau est la solution retenue. Un blaireau est accessible dès une dizaine d’euros et dure plusieurs années. Vous pouvez utiliser un savon de rasage, un savon de Marseille, un savon d’Alep, en privilégiant des savons sans parfum. Le parfum a souvent tendance à irriter la peau. Humidifier le blaireau dans de l’eau chaude puis faire mousser le savon, appliquer la mousse en effectuant des cercles avec le blaireau afin d’assouplir la peau et de décoller les poils.

Le rasage zéro déchet

Trois solutions de rasage zéro déchet sont envisageables :

  • Le rasoir de sureté est la solution la plus proche du rasoir jetable, on peut en trouver dans les brocantes. Si on achète un rasoir neuf, la marque Rockwell est un gage de qualité puisqu’elle garantit ses produits à vie. Les lames coûtent quelques euros et se trouvent en grande surface ou dans les magasins spécialisés. Certains recommandent de changer la lame tous les trois rasages. Une lame peut cependant se garder un mois. Il faut la changer dès qu’elle devient moins confortable lors du rasage.
  • La shavette (un rasoir de barbier) permet de faire la transition vers le coupe chou, elle en a la forme mais la lame reste changeable. Les rebords tenant la lame permettent de garder un angle de rasage confortable et limitent le risque de se couper. La shavette permet d’appréhender la gestuelle du coupe chou.
  • Une fois habitué à la shavette, il est possible de passer au coupe chou. Ici, il n’y a aucun accessoire jetable, vous pouvez garder votre rasoir à vie. Attention, il n’y a pas de sécurité pour empêcher les coupures profondes ! A manier avec beaucoup de précaution et un peu d’expérience. Si le coupe chou peut durer une vie, il faut l’entretenir, il s’affute régulièrement avec un cuir. Si la lame est émoussée, il est possible de la faire aiguiser par un professionnel. Le coupe chou coûte cher (environ 50 d’euros), les prix montent très vite en fonction de la qualité de la lame mais aussi du matériau constituant le manche. La plupart sont fabriqués en Europe et aiguisés à la main. Cet investissement est rentable sur le moyen terme comparé à l’achat répétitif de rasoirs jetables.

S’hydrater

Après le rasage, pour les peaux sensibles, le gel d’aloe vera désinfecte les éventuelles micro-coupures et hydrate la peau. Toujours privilégier un gel sans parfum et avec le moins d’additifs possible et le conserver de préférence au frais.

Avis sur : Le rasage zéro déchet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail