X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Guide pratique écologique

Logo MQA

Quelles sont les méthodes de pêche les plus durables ?

Apprendre à décrypter les étiquettes chez le poissonnier.

Paru le 31 mai 2022, modifié le 25 juin 2022

Ecrit par Mathieu

Chaque année, la pêche dans le monde concerne 90 millions de tonnes de poissons. Selon les zones de pêche, les stocks ont du mal à se maintenir, la faute à la surpêche et à des méthodes qui tuent plus d’espèces que nécessaire. Chacun peut, à son échelle, opter pour les meilleures méthodes de pêche : les poissonniers et grandes surfaces ont l’obligation de faire figurer la méthode utilisée sur l’étiquette du poisson. Pour  choisir les méthodes de pêche les plus responsables, nous avons élaboré ce guide pratique.

Nous avons retenu 2 critères qui permettent de juger de l’impact de la pêche :

  • les dégâts causés sur l’habitat des espèces
  • les dégâts causés sur les autres espèces de poissons : la pêche est-elle ciblée sur les espèces recherchées ? La méthode met-elle en danger des espèces non ciblées ?

Les techniques à bannir

Le chalut

Le chalut

 

 

Il s’agit d’un immense filet jeté en mer tiré par un chalutier, pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres carrés. Il en existe de deux sortes :  le chalut pélagique, jeté en pleine eau sans toucher le fond. Théoriquement en tout cas, car une fois rempli, le filet tombe vers le fond sous le poids des tonnes de poissons et finit souvent par racler le fond ; le chalut de fond, qui racle immédiatement le sol et tout ce qui s’y trouve (corail, végétation…)

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : énormes. Le chalut, une fois qu’il touche le fond, emporte tout.
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons :  Les espèces non ciblées sont rejetées mortes en mer.

La drague

La drague

 

 

C’est aussi un immense filet dédié à la pêche aux coquillages, équipé notamment de pics pour les décrocher du sol.

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : énormes
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons : il n’y en a pas trop. La drague ne cible que les coquillages (mais sans distinction). Elle n’est pas utilisée sur les zones à poissons.

La senne

La senne

 

 

Ces filets en cercle ou en entonnoir sont redoutables pour les poissons, qui n’ont aucune chance de leur échapper. C’est d’ailleurs le principal reproche qui leur est fait, l’impact négatif sur les habitats n’ayant jamais été démontré.

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : non démontrés, mais sans doute importants lorsque la senne est posée au sol.
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons : beaucoup. Alors qu’elle est censée ne cibler que les thons, la senne, utilisée en haute mer, tue aussi des espèces comme les requins, tortues, raies…

 

Les techniques douteuses

Le filet maillant à flotteurs

Filet maillant à flotteurs

 

 

Selon son usage, ce filet, accroché à des flotteurs, peut être plus ou moins responsable. Ce filet est dit « maillant » car il capture le poisson en le retenant dans la maille au niveau des ouïes. Il sélectionne donc un type de tailles de poisson, laissant les trop petits s’échapper et repoussant les trop gros.

Le filet maillant à flotteurs peut être un filet maillant calé : on le leste pour qu’il puisse rester au fond de l’eau. Il peut être aussi un filet maillant dérivant positionné en surface de l’eau. Non lesté , ce type de filet dérive parfois sur des kilomètres. Les filets dérivants ont été interdits à peu près partout, responsables de la mort de trop d’espèces non ciblées.

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : relativement peu
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons : importants. Plus il est laissé longtemps en mer, plus il recueille des espèces non ciblées.

La palangre

La palangre

 


Ici, on remplace les filets par des hameçons, parfois par milliers sur une ligne de plusieurs kilomètres de long. L’usage et l’impact sont similaires à ceux des filets.

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : relativement peu
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons : importants. Plus la palangre est laissée longtemps en mer, plus il recueille des espèces non ciblées.

Les techniques à privilégier

En règle générale, toutes les techniques à échelle humaine, non industrielles, sont les plus responsables. Elles sont aussi bien sûr les moins efficaces en termes de tonnes pêchées par jour.

La pêche à pied

La pêche à pieds

 

 

Équipé de râteaux, de tridents ou de couteaux, le pêcheur à pied intervient à proximité des côtes.

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : importants sur le lieu de pêche, là où le pêcheur piétine le fond. Mais finalement restreint car la taille des zones traitées est plutôt limitée. L’impact est plus fort lors des grandes marées, quand les pêcheurs s’approchent de zones habituellement laissées au repos.
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons : Négligeables, d’autant que les quantités prélevées sont limitées.

La pêche à la ligne

La pêche à la ligne

 


C’est la technique la plus célèbre: hameçon, canne, et glacière remplie de canettes. Mais elle est aussi utilisée par les professionnels.

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : aucun, seuls les poissons sont touchés.
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons : mineurs, les poissons non ciblés peuvent être rejetés vivants.

Les casiers

Les casiers

 

 

Méthode destinée aux crustacés, notamment les homards et les crabes.

Dégâts causés sur l’habitat des espèces : aucun, l’habitat n’est pas touché.
Dégâts causés sur les autres espèces de poissons : négligeables. les espèces non ciblées peuvent être rejetées vivantes.

 

Hormis en choisissant des méthodes de pêche plus responsables, on peut aussi agir sur l’état des stocks marins en réduisant sa consommation de poisson, comme pour la viande. Mais également en respectant la saisonnalité des poissons, comme pour les fruits et légumes. Lisez notre calendrier des espèces à privilégier mois par mois !

Pour aller plus loi, l’association Bloom a publié un guide très précis sur les méthodes de pêche que nous vous recommandons.

Tous les droits des illustrations appartiennent à Mon Quotidien Autrement. Les illustrations ont été réalisées par Sandrine de La Simone pour Mon Quotidien Autrement – Pour la suivre sur Instagram, c’est ici.

 

Avis sur : Quelles sont les méthodes de pêche les plus durables ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Sondage

Quel type de vélo avez-vous ?

Loading ... Loading ...

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société