X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Comprendre en 1 minute

Logo MQA

Le succès des Territoires zéro chômeur de longue durée

50 nouveaux territoires vont expérimenter le dispositif.

L'entreprise Emerjean a été créée à Villeurbanne, dans le cadre de l'expérimentation.

Paru le 15 juin 2021

Ecrit par Déborah

« Je suis resté cinq ans au chômage. Ici ça a été une aubaine, un travail à deux cents mètres de chez moi, fallait pas rater ça !, raconte David sur Public Sénat. « Quand vous ne travaillez pas, vous vous sentez inutile. » Comme lui, 90 autres anciens chômeurs travaillent aujourd’hui à l’EBE58 de Prémery, dans la Nièvre. Cette « entreprise à but d’emploi » (EBE) a été créée dans le cadre de l’expérimentation Territoires zéro chômeur longue durée (TZCLD), lancée dans dix territoires en France. A Villeurbanne, Lille, Jouques dans les Bouches-du-Rhône, ou encore Colombelles dans le Calvados, d’anciens chômeurs ont ainsi retrouvé le chemin de l’emploi. 

Lancée il y a cinq ans, l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée vise à contribuer à mettre fin au chômage de longue durée. L’expérimentation a d’abord émergé au sein du mouvement ATD Quart Monde, une association créée en 1957 dans le but « d’éradiquer la misère pour permettre à tous et toutes de vivre à égale dignité », avant d’être portée par l’association TZCLD.  Le constat de départ était simple : 

  • « Personne n’est inemployable » lorsque l’emploi est adapté aux capacités et aux compétences des personnes.
  • « Ce n’est pas le travail qui manque ». De nombreux emplois sont à pourvoir et un grand nombre de travaux utiles restent à réaliser. 
  • « Ce n’est pas l’argent qui manque », puisque la privation d’emploi coûte plus cher que la production d’emploi.

Les Territoires zéro chômeur de longue durée, comment ça fonctionne ?

Dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser l’argent que l’État verse aux chômeurs, pour les aider à retrouver ou se recréer un emploi ? Une expérimentation a été lancée à travers la création d’EBE (entreprises à but d’emploi). Ces entreprises proposent des CDI à temps choisi aux chômeurs de longue durée. Elles imaginent avec eux l’emploi qui peut leur correspondre en fonction de leurs savoir-faire, de leurs envies, de leurs possibilités… Ces activités ne doivent toutefois pas entrer en concurrence avec d’autres entreprises du territoire pour éviter de recréer des tensions sur les emplois. Globalement, les emplois proposés relèvent plutôt de l’économie sociale et solidaire. A Thiers, dans le Puy de Dôme, l’entreprise Actypoles organise ainsi l’entretien des espaces verts. A Paris, XIII Avenir propose des petits travaux de bricolage et de la réparation de vélos. Avec ces emplois, ces anciens chômeurs se forment, gagnent en compétence. 

L’avantage c’est que ce dispositif ne coûte pas beaucoup au gouvernement. Pour le financer, l’État utilise le montant des aides liées au chômage de longue durée (RSA, allocation chômage, etc ), soit environ 18 000 euros par an et par personne. Cette somme sert à subventionner un emploi en CDI (le coût d’un SMIC toutes charges comprises est d’environ 20 000 par an et par personne). Le but serait que ces EBE se développent suffisamment pour que l’État n’ait plus besoin d’apporter son soutien.

Est-ce que ça marche ?

Une évaluation de l’expérimentation a été réalisée au terme des cinq années. Et le bilan global est plutôt positif. 1112 personnes, au chômage depuis 4,5 ans en moyenne, ont retrouvé un emploi. Et les bénéfices vont au-delà de la sphère professionnelle. Les structures créées par l’expérimentation « ont contribué à améliorer le bien être des bénéficiaires de l’expérimentation (santé, insertion sociale, confiance en soi, etc.) ». Le rôle du CDI est « majeur » puisqu’il apporte une réelle sécurité professionnelle et financière.

Pour l’État aussi, le bilan est positif. Les gains directs pour les finances publiques s’élèvent à environ 5 000 euros par personne et par an, montre un rapport des inspections générales des finances et des affaires sociales. Et preuve que l’expérimentation porte ses fruits : elle a été prolongée de cinq années supplémentaires. Et ouverte à cinquante nouveaux territoires. 

Avis sur : Le succès des Territoires zéro chômeur de longue durée

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société