X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

A découvrir

Logo MQA

Téléphérique urbain, mode de transport de demain ?

A Brest, Grenoble, bientôt à Toulouse, Lyon ou Créteil.

Téléphérique urbain de Grenoble.

Paru le 9 février 2021

Ecrit par Déborah

Autrefois cantonné à la montagne, le transport par câble se développe de plus en plus en ville. On vous explique pourquoi.

Quels sont les avantages du téléphérique urbain ?

Il fonctionne à l’électricité et n’émet donc pas de gaz à effet de serre. Il est peu bruyant. Par rapport à d’autres moyens de déplacements, il a une très faible emprise au sol. Cette dernière se limite aux pylônes qui soutiennent les câbles et aux gares de départ et d’arrivée. L’artificialisation des sols est réduite. Et les travaux pour sa mise en place sont également limités, si l’on compare par exemple à un réseau de tramway ou de métro. Résultat, son installation, relativement rapide, coûte aussi bien moins cher que d’autres solutions.

Dans les grandes villes, il constitue aussi un bon moyen pour désenclaver des quartiers, enjamber des cours d’eau, relier des collines.

Où est-ce que ça existe ?

Téléphérique de La Paz.
Téléphérique de La Paz.

L’exemple le plus emblématique est sans doute celui de Medellin, en Colombie. Construit en 2006, il a permis de désenclaver les quartiers pauvres situés en hauteur en les reliant au centre de la vallée en 15 minutes au lieu de deux heures. A La Paz, en Bolivie, 160 000 passagers empruntent les sept lignes de téléphérique chaque jour. C’est le plus grand réseau au monde. Il en existe aussi au Vénézuela, au Brésil, ou encore aux Etats-Unis, à New York par exemple.

En France, c’est à Grenoble que le premier a été construit, en 1934 mais les « bulles », comme elles sont surnommées, ont plutôt un usage touristique. Elles conduisent au fort de la Bastille, situé en dehors de la ville. Brest a par contre construit en 2016 un vrai téléphérique urbain. Il permet de traverser le fleuve Penfeld et de rejoindre les deux rives en à peine trois minutes. Il a été emprunté par près de 800 000 passagers dès la première année. Il a par contre connu quelques soucis techniques, de nombreuses pannes électriques, et surtout une cabine s’est décrochée lors d’une maintenance, sans faire de blessé heureusement. Après dix mois d’arrêt, il vient tout juste de reprendre du service.

De nombreux projets en cours

Pas de quoi refroidir les ardeurs des autres municipalités puisque les projets sont nombreux. En Île-de-France, une ligne devrait relier Créteil à Villeneuve Saint-Georges (Val-de-Marne), en passant par les villes de Valenton ou encore Limeil-Brévannes, en 17 minutes. A Toulouse, les travaux du futur Téléo ont débuté l’an passé. A Lyon, une ligne devrait relier d’ici à 2025, le quartier sud de Gerland à Francheville. Le « métrocâble » de Grenoble devrait survoler deux cours d’eau, deux autoroutes et une voie ferrée d’ici à 2023.

Avis sur : Téléphérique urbain, mode de transport de demain ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société