Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Le grand retour des Mamies, écolos de la première heure

Les astuces de grand-mères ne sont plus ringardes.

Les astuces de grand-mère ont la cote.

Paru le 24 février 2020

Ecrit par Déborah

A midi, sur la table de la cuisine, les fruits et légumes étaient de saison. Directement récoltés dans le jardin. S’ils n’étaient pas consommés immédiatement, ils étaient mis en bocaux et entreposés sur de hautes étagères à la cave, à côté de la confiture. Les restes n’étaient pas jetés. Ils connaissaient une deuxième vie, en gratin, en ragoût, ou finissaient dans la panse des animaux du voisin. Les mouchoirs étaient en tissu et réutilisés. Les vêtements (y compris les chaussettes) étaient reprisés et non jetés ou remplacés au moindre accroc. On se chauffait avec plus de parcimonie qu’on l’aurait parfois souhaité. Le sol, briqué au savon noir.

Avant tout le monde, nos mamies ont pratiqué le zéro-déchet, le locavorisme, la consommation responsable.

« Ma grand-mère était écolo malgré elle »

Sur le site Jeveuxsauverlaplanète, Frédéric Wetzel qui, en quinze ans, a entièrement rénové sa maison pour la transformer en laboratoire des énergies renouvelables, raconte à quel point il a été inspiré par sa grand-mère, chez qui il passait beaucoup de temps étant enfant.
« Ma grand-mère était écolo malgré elle, affirme-t-il, avant de détailler. Son équipement électrique se limitait à 5 ou 6 ampoules et le poste de radio. L’eau potable n’était pas gaspillée et j’ai toujours connu l’utilisation de l’eau de pluie pour la lessive et le lavage des sols. Pas de bouteilles en plastique, les boissons étaient contenues dans des bouteilles en verre consignées. Les produits étaient vendus en vrac à la petite épicerie. Presque toutes les familles cultivaient leur terrain […], elles avaient pour la plupart des poulaillers, elles élevaient aussi quelques lapins. À Noël, ma grand-mère m’offrait quelques chocolats et toujours un jouet en bois. »

« L’urgence environnementale offre une belle revanche à la culture « mémé », en ce début de troisième millénaire. Celle-là même qu’avaient ringardisée la modernité consumériste des « Trente glorieuses », le « tout-jetable, le tout-plastique », résume Pascale Krémer dans un article intitulé Pionnière de l’anti-gaspi et écolo sans le savoir, la mémé en plein retour de « hype », dans le Monde.

Les recettes de mamies font recette

Christine Castelain-Meunier, sociologue de la famille et de l’environnement à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et au CNRS, nuance tout de même la situation, évoquant les conditions de vie nos arrière-grands-mères  : « Les femmes aujourd’hui nonagénaires étaient aliénées, elles menaient une vie de labeur, sans aucun loisir. Leurs pratiques font sens aujourd’hui. A cette différence près que les tâches sont désormais partagées dans le couple. Et que ce mode de vie est un choix, effectué pour épargner la nature, qui procure une certaine fierté. »

Les recettes et astuces de mamies ne sont en effet plus « has been ». Elles font même vendre. En Suisse, un jeune couple de Français a par exemple lancé une chaîne de magasins bio axée sur le zéro déchet, appelée Chez Mamie. Ils ont rencontré un succès quasi immédiat. De son côté la marque Mamie&Co propose de « revisiter les remèdes de grand-mères » : des soins naturels, des aliments sains, des articles de droguerie. Tandis que Mamie Colette vend une palette d’accessoires pour le zéro déchet.

Avis sur : Le grand retour des Mamies, écolos de la première heure

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les commentaires :

Tout n était pas drôle non plus . Je me souviens de ma tante qui avait les mains rouges et enflees par l eau froide du lavoir ou elle faisait la lessive. Pour rien au monde je me séparerai de mon lave linge !

C’est vrai Christiane ! Merci pour votre commentaire. C’est d’ailleurs notamment ce qu’explique Christine Castelain-Meunier.

Hem ouiii mais pas si sûre que cela, car il y avait aussi dans certaines régions,(entre autre en Lorraine) l’eau des sources qui coulait en continu dans de grandes auges en granite où le linge était mis à tremper et blanchir naturellement avec un peu de savon noir ; l’eau rinçait tout cela petit à petit et il n’y avait plus qu’à étendre le tout sur l’herbe des prés bien au soleil, ce qui blanchissait et assainissait le linge qui sentait bon le foin une fois sec !!! donc pas trop de fatigue pour avoir une belle lessive😉

Chaque semaine dans votre boîte mail