X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Le point sur

Logo MQA

Placements verts, épargner vert, à quoi ça sert ?

Comment placer son argent pour agir en faveur de l'environnement.

hands holding tress growing on coins / csr / sustainable development / economic growth

Paru le 26 janvier 2021

Ecrit par Déborah

Si nous voulons participer à la transition écologique, la façon dont nous épargnons peut jouer un rôle. Car notre épargne a un impact réel sur le climat. On peut envisager d’épargner vert ou d’avoir recours à des placements verts. Des outils commencent à émerger.

Quel impact notre épargne a-t-elle sur le climat ?

En un an, nous, Français, émettons chacun 11,2 tonnes de CO2 en moyenne. Cette estimation comprend notre alimentation, notre façon de nous déplacer, nos achats, etc. Par contre, elle ne tient pas compte de l’empreinte carbone indirecte de notre épargne. Pourtant, lorsqu’on met de l’argent à la banque  (que ce soit sur nos comptes courants ou des livrets), cette dernière l’utilise pour soutenir des projets, des entreprises, des États, en leur prêtant des fonds ou en achetant des actions ou des obligations. Des investissements dans des projets qui sont loin d’être toujours écolos. D’ailleurs, difficile de savoir si l’argent que l’on place à la banque sert à financer Total, Biocoop, ou tout autre projet. Les banques sont très peu transparentes sur leurs activités.

D’après les dernières données de la Banque de France (novembre 2013), les sommes placées sur les comptes courants, les livrets et les comptes épargne s’élèvent à 1.588 milliards d’euros pour la métropole, soit une moyenne de 24.957 euros par habitant. Attention, il s’agit d’une moyenne.

Donc, en partant du principe que nous avons en moyenne 25 000 euros sur nos comptes, nous polluons en réalité plus via ce que finance notre argent que par notre propre consommation. Notre argent représente en réalité notre premier poste d’émissions de Co2. Dit autrement, en prenant en compte l’empreinte carbone de notre argent mis à la banque, nos émissions de gaz à effet de serre annuelles moyennes seraient deux fois plus élevées.

Placements verts : difficile de s’y retrouver

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de réduire l’empreinte carbone de notre argent. En faisant attention où nous le plaçons. La mauvaise, c’est qu’il est souvent difficile de se repérer dans la jungle des placements financiers. Il existe des placements plus « responsables ». En 2020, l’agence Novethic en dénombrait 797. Mais comment être sûrs qu’ils sont vraiment durables, responsables ou solidaires ? Le livret de développement durable et solidaire (LDDS) est par exemple très largement critiqué car il servirait, entre autres, à financer les énergies fossiles. Seule une toute petite part de l’argent investie dans ce livret servirait à soutenir des activités bénéfiques pour l’environnement ou solidaires.

Comment choisir sa banque ?

Il est possible de commencer par un geste simple, qui consiste à s’interroger sur les pratiques de sa banque et, si nécessaire, changer d’établissement bancaire. Depuis la loi Macron de 2017, le transfert est relativement aisé.

Toutes les banques ne se valent en effet pas en matière d’épargne durable. Le Crédit coopératif, la Banque Postale, le Crédit Mutuel ou le CIC ont fait par exemple davantage d’efforts que la Société générale, la BNP Paris ou le Crédit agricole, qui financent encore beaucoup de projets au bilan carbone peu reluisant.

Autre option : se tourner vers une banque éthique comme la Nef ou le Crédit coopératif. La Nef est particulièrement engagée. Elle ne finance que des projets durables, solidaires, ou écologiques et publie chaque année la liste des projets qu’elle a soutenus. Elle n’offre par contre pas la possibilité d’ouvrir de compte courant. Ses produits d’épargne sont aussi moins rémunérateurs (moins qu’un livret A). Le Crédit coopératif ressemble plus à une banque classique. On peut y ouvrir un compte courant. Il propose livret A, livret de développement durable et autres placements.

Deux labels pour une épargne qui fait la différence

Si on place son argent ailleurs que sur un livret réglementé (livret A, développement durable, etc.), mieux vaut choisir un fonds labellisé. En matière de placements verts, il existe deux principaux labels. Le label ISR (Investissement socialement responsable) et le label Greenfin.

Pour faire simple, le premier distingue des fonds qui financent des entreprises contribuant au développement durable, tous secteurs d’activités confondus. Ce ne sont pas nécessairement les entreprises les plus écologiques qui sont financées via ce fonds, mais les plus performantes en termes d’émission de Co2 ou celles qui fournissent le plus d’efforts pour les réduire.

Le deuxième, plus restrictif, exclue les secteurs particulièrement polluants comme les énergies fossiles. Il finance exclusivement les entreprises issues de huit secteurs contribuant à la transition énergétique. Néanmoins, même les fonds labellisés Greenfin peuvent financer des entreprises du secteur des transports par exemple, à condition que la part de son chiffre d’affaires consacrée au soutien d’activités vertes dépasse un seuil recevable.

Une nouvelle application et votre banquier !

Vous pouvez aussi utiliser Rift, une application gratuite qui analyse l’impact des comptes courants, assurances-vie et livrets réglementés et qui peut vous accompagner dans la recherche de produits bancaires plus responsables.

En 2022, les chargés de clientèle à la banque auront l’obligation de proposer à leurs clients de placer toute ou partie de leur épargne dans des placements durables certifiés par IRF ou Greeefin. C’est une des dispositions de la loi Pacte 2019.

Mais n’attendez pas 2022 ! Vous pouvez dès aujourd’hui interpeller votre conseiller bancaire sur l’utilisation de votre épargne.

 

Avis sur : Placements verts, épargner vert, à quoi ça sert ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société