Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Peut-on encore manger du thon ?

Le thon en boîte peut cacher de mauvaises surprises : arsenic, mercure, fragments d’organes ou arêtes.

Peut-on encore manger du thon ?

Paru le 28 août 2017

Ecrit par Mon quotidien autrement

Ouvrez vos placards, vous en trouverez certainement une boîte. On le mange en sandwich avec de la mayonnaise, en salade d’été agrémenté de tomates, de feta ou d’olives, frais et grillé ou cuisiné à la provençale, ou en sushi. Bref, on fait difficilement l’impasse sur le thon. Et pourquoi s’en priver, alors qu’il est bourré de protéines et de bon gras?

Mais peut-on vraiment manger du thon sans avoir mauvaise conscience. Entre la surpêche et les substances indésirables venant se glisser dans les conserves, la question se pose vraiment.

Surpêche de thon, où en est-on ?

Quand on parle de thon, il est en réalité question d’une multitude d’espèces : thon rouge, thon blanc, thon jaune, thon obèse, thon listao… Difficile de savoir laquelle il est préférable de manger.

La plupart des thons nous viennent des tropiques, du Pacifique, de l’océan Indien et dans une moindre mesure de l’Atlantique. Très peu de notre chère Méditerranée, mis à part le thon rouge. Cette dernière espèce, rescapée d’une grande menace d’extinction, bénéficie aujourd’hui d’un statut spécial. De stricts quotas de pêche sont appliqués, du moins en Méditerranée et dans l’Atlantique.

Ce n’est pas le cas pour les autres espèces, qui représentent pourtant 99 % des prises mondiales de thonidés transformés ensuite en conserve. Le thon jaune, ou thon Albacore, en prend particulièrement pour son grade. Dans l’océan Indien, il est surpêché à 67,6 %, selon la Commission des thons de l’océan Indien.

Que cache le thon en boîte ?

Et la surpêche n’est pas le seul souci ! L’an dernier, 60 millions de consommateurs a tiré la sonnette d’alarme. L’association a analysé la composition de 15 boîtes de thon vendues en grande surface en France. On ne peut pas dire que le résultat soit ragoûtant. Arsenic, mercure, fragments d’organes ou arêtes… voilà toutes les merveilles qui peuvent se glisser dans votre boîte. Le mercure dépassait la valeur réglementaire (1mg/kg) dans les boîtes Petit Navire, Capitaine Nat’ et Odyssée (Intermarché). Côté arsenic ce n’est pas mieux. On en trouve dans presque toutes les conserves et il atteint même 1,7 mg/kg chez Capitaine Nat’. Pour couronner le tout, les boîtes Saupiquet, Pêche Océan (E.Leclerc) et Casino présentaient des fragments de coeur, et le thon Cora des traces d’ovocytes. Appétissant ! Au final, selon 60 millions de consommateurs, c’est le thon Leader Price qui s’en sortait le mieux.

De nouvelles approches

Sachez qu’il existe d’autres marques comme Océane alimentaire, Fish4Ever, Jean de Luz, Le Phare d’Eckmühl ou encore La Compagnie Bretonne du Poisson. Toutes ces marques font de réels efforts et proposent du thon bio (du poisson d’élevage, donc) ou mettent en avant des méthodes de pêche plus durables. A notre connaissance, ces marques n’ont pas été évaluées par les associations de consommateurs. Ce serait intéressant que cela soit fait.

On espère aussi que le thon bio ne connaît pas le même sort que le saumon bio. Fin 2016, 60 millions de consommateurs avait révélé que les saumons bio étaient les plus contaminés en métaux (plomb, mercure, arsenic), en dioxines et en résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires. Pour autant, ne faites pas définitivement une croix sur le thon et même sur le saumon. Vous pouvez continuer à en manger, avec parcimonie et vigilance, en testant certaines marques, en regardant la provenance, en examinant les labels, en discutant avec votre poissonnier.

Avis sur : Peut-on encore manger du thon ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail