Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Comprendre en 1 minute

Logo MQA

La rentrée des poux

Comment lutter autrement contre ces envahisseurs des cours d'école.

La rentrée des poux

Paru le 24 août 2012

Ecrit par Mon quotidien autrement

Lors de la rentrée des classes, il y a un sujet qui ne tarde pas à venir sur toutes les lèvres… Le pou, bête noire des cours de récré. On considère que c’est la nuissance contagieuse la plus fréquente dans les écoles, après les infections respiratoires, et pourtant, on connaît bien peu de choses sur cette petite bête. En France, les dernières enquêtes datent de 1996 ! Elles montraient alors des taux de prévalence de 6% à Bobigny, et de 8% à Tours. Mais les chiffres peuvent varier du simple au double d’une classe à l’autre. Le problème, c’est que les poux ne sont ni un problème de santé, ni un problème d’hygiène, et que tout le monde se renvoie la balle. Alors que le maître-mot de la lutte contre les poux, c’est la coordination : il faut que tous les parents traitent leurs enfants, en même temps.

Le pou, un ennemi à connaître…

Mais pour bien traiter les têtes blondes, encore faut-il connaître son ennemi. Quelques rappels de base: le pou de tête, qui existe depuis toujours, mesure de 2 à 3 mm de long, il ne vole pas, et, on ne le dira jamais assez, ne saute pas. La classe d’âge la plus touchée est de 6 à 8 ans. C’est lorsque la tête des enfants se frôlent, s’ils échangent bonnets ou peignes ou si leurs manteaux touchent celui de leur voisin, que la contamination est possible. Le pou se nourrit exclusivement de sang et peut vivre, sur une tête jusqu’à deux mois. La femelle pond de quatre à dix oeufs (les lentes) par jour pendant presque un mois ! Le point le plus important à connaître, c’est qu’il respire par des orifices qui se ferment au contact de l’eau. Il est donc capable de résister à l’eau. En revanche, il est asphyxié par les produits gras, tels que les huiles.

…pour mieux le combattre !

Ainsi, si vous voulez traiter vos enfants, optez pour les produits engluants, qui ont une action mécanique et n’induisent donc pas de résistance. Vous pouvez enduire la tête des enfants d’huile de coco ou d’olive. Car les produits chimiques dit neurotoxiques sont souvent très nocifs, et en plus les poux ont muté et développé des résistances à ces principes actifs. Essayez déjà d’attacher les cheveux de vos enfants, et d’opter pour l’épouillage traditionnel au peigne fin. C’est très efficace si vous le faites méticuleusement et tous les deux ou trois jours, même sans produit engluant. Et bien sûr, traitez toute la famille en même temps. Le pou ne survit pas à des températures dépassant les 60°C : donc, faites passer le linge à cette température. Et comme répulsif, pensez aux gouttes d’huile essentielle de lavande derrière l’oreillle!

Avis sur : La rentrée des poux

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail