Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

A découvrir

Logo MQA

Pollution lumineuse : ils éteignent la ville et « rallument les étoiles »

Opération Rallumons les étoiles de RAP Strasbourg le 27 mai 2018

Paru le 15 décembre 2020

Ecrit par Elsa de Mqa

Agir pour l’écologie grâce à un manche à balai et un cintre ? C’est possible. Depuis une dizaine d’années, des personnes fâchées contre la pollution lumineuse et le trop plein de publicités se baladent la nuit et clic clic clic, éteignent les enseignes lumineuses des commerces.

Figurez-vous que c’est très simple : la perche constituée d’un balai et d’un cintre permet d’atteindre un petit boîtier situé en hauteur et de faire disjoncter (sans l’abîmer) l’enseigne, et ce, de l’extérieur d’un magasin. En effet, depuis 2012 les vitrines et enseignes doivent être éteintes au minimum entre 1h et 6h du matin : les noctambules savent bien que cela est loin d’être respecté.

 

Qui sont ces militants qui agissent dans toute la France ?

Eh bien difficile d’isoler un groupe, puisqu’il suffit de si peu de matériel pour se lancer. Ceci étant dit, une association se détache : le RAP, Résistance à l’agression publicitaire, créée en 1992, qui compte plus de 600 adhérents dans toute la France. Voilà donc vingt-cinq ans que ses membres luttent pour un changement radical de la place de la publicité dans la ville.

Outre l’extinction des enseignes commerciales, ils multiplient les actions contre les panneaux publicitaires par exemple, en les recouvrant de bâches aux messages poétiques. Et ils conseillent toujours de laisser un petit mot enjoignant les commerciaux à éteindre eux-mêmes la lumière !

 

 

La pollution lumineuse perturbe faune et flore

Au fait – au-delà de la question de la publicité – pourquoi éteindre ? L’ANPCEN -l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne – déplore le développement « anarchique et disproportionné de l’éclairage artificiel extérieur » :

La quantité globale de lumière émise la nuit n’a cessé d’augmenter en quelques décennies. + 94% en vingt ans seulement et pour le seul éclairage public. Auquel il convient d’ajouter les lumières émises par les publicités, enseignes lumineuses, les façades, vitrines, bureaux non occupés, etc.

Avec des conséquences diverses, mais toujours néfastes pour l’environnement comme pour notre santé, comme l’explique le RAP :

  • un gaspillage énergétique
  • une perturbation de la faune et de la flore. Cette production de lumière modifie les trajectoires des oiseaux migrateurs et décime les insectes (c’est leur deuxième cause de mortalité après les pesticides) ; elle retarde la chute des feuilles et perturbe la pollinisation par les papillons de nuit ;
  • un impact sur la santé humaine. Trop de lumière engendre des troubles du sommeil, notamment une baisse de la production de mélatonine, pourtant vitale au bon fonctionnement de notre organisme.
Mais au fait, confinement dû au Covid-19 oblige, comment éteindre la ville ? Ces excursions militantes baptisées « Rallumons les Étoiles » ont eu lieu pour la première fois virtuellement, mais collectivement, depuis chez vous. Dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 décembre, tous les Français étaient enjoints à participer au recensement des enseignes et vitrines encore en infraction, c’est-à-dire allumées après 1 h !

 


Le saviez-vous ?

Selon l’ADEME, l’éclairage public correspond à 41 % de la consommation d’électricité des communes et émet annuellement 670 000 tonnes de CO2.

Avis sur : Pollution lumineuse : ils éteignent la ville et « rallument les étoiles »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail