Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Les monnaies locales continuent à éclore

Une alternative durable à un monde financiarisé ?

Les monnaies locales continuent à éclore

Paru le 13 février 2017

Ecrit par Mon quotidien autrement

La Gonette à Lyon, l’Eusko au Pays basque, la roue en Provence, le sol-violette à Toulouse ou encore le radis à Ungersheim… Une quarantaine de monnaies locales sont en circulation en France. Et autant seraient en projet. Le mouvement prend de l’ampleur.

Les monnaies locales et complémentaires, qu’est-ce que c’est exactement ?

C’est une vraie monnaie. Des billets, de différentes couleurs, avec lesquels on peut payer, sur un territoire donné, auprès des commerçants qui l’acceptent. Elles ne viennent pas remplacer l’euro, mais peuvent s’utiliser en complément. Souvent un euro = une unité de cette monnaie. Ces monnaies ont émergé dans les années 1990 et se multiplient depuis 2010 en France. Le concept de monnaie locale daterait du 19ème siècle. Il aurait aussi été utilisé durant la Grande Dépression, à Wörgl en Autriche (où la monnaie solidaire circulait alors treize fois plus vite que le shilling !)

Est-ce vraiment légal de créer une monnaie ?

C’est tout à fait légal ! Surtout depuis 2014 et la loi Hamon sur l’Economie sociale et solidaire qui a reconnu, dans son article 16 les « titres de monnaies locales complémentaires », leur donnant une cadre légal. Une première dans le monde !

Pourquoi utiliser ces monnaies. plutôt que l’euro ?

L’avantage de la monnaie locale est avant tout de favoriser l’économie locale plutôt que la spéculation financière. On est incité à dépenser ses petits sous chez les commerçants locaux, indépendants et engagés plutôt que d’alimenter les grandes chaînes ou de laisser son argent dormir sur un compte bancaire. Ces monnaies permettent également de créer des réseaux économiques positifs et solidaires de commerçants engagés dans une démarche de développement durable. Adopter les monnaies locales, c’est aussi un peu retrouver la valeur de l’argent.

L’utilisation de ces monnaies a-t-elle un réel impact sur l’économie ?

C’est plus compliqué de répondre à cette question. Certaines comptent déjà un grand nombre d’utilisateurs. C’est le cas de l’eusko, qui totalisait 3000 membres et 550 prestataires pour une masse monétaire de 370 000 euros deux ans après sa création. Mais toutes les monnaies ne rencontrent pas un tel engouement. La plupart d’entre elles sont récentes et pilotées par des bénévoles. L’impact réel est difficile à mesurer par manque de méthodologies et d’outils d’évaluation. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), ces monnaies locales peuvent cependant orienter les comportements vers une consommation durable.

Quel avenir pour ces monnaies ?

Certaines d’entre elles sont en train de passer au numérique, plus pratique. Au-delà de cet aspect, les monnaies complémentaires pourraient réellement être intégrées dans l’écosystème local « pour le versement des aides sociales, pour payer ses taxes, acheter un ticket à la piscine municipale ou au cinéma, etc. », indique par exemple Valérian, qui œuvre en faveur de la Gonette à Lyon.

Où vous renseigner sur les monnaies locales près de chez vous ?

Vous souhaitez savoir s’il existe une monnaie locale et complémentaire près de chez vous? Rendez-vous sur le site Monnaies Locales Complémentaires Citoyennes. Toutes les monnaies de France y figurent, ainsi que les contacts utiles, des agendas, des articles et des études.

Avis sur : Les monnaies locales continuent à éclore

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail