Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Le point sur

Logo MQA

Isolez pour ne pas cailler !

Le point commun entre un vieux T-shirt, des bouts de papier recyclés et du liège? Ils isolent très bien votre maison !

Isolez pour ne pas cailler !

Paru le 10 décembre 2013

Ecrit par Mon quotidien autrement

Vous avez froid malgré une facture bouillante ? Il est temps d’agir, et de s’attaquer aux déperditions de chaleur de votre maison. Et ce ne sont ni les fenêtres ni les portes qui sont les premières responsables de ce froid, mais bien le toit. Dans une maison non isolée, une grande partie de la chaleur s’échappe par les combles : jetez un coup d’oeil à ce schéma de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Nous avons papoté avec Thomas, « éco-coach » chez Kbane, « l’enseigne de l’habitat durable et des nouvelles énergies », à Arras.

Quelle est la première source de déperdition de chaleur ?

Les chiffres parlent de jusqu’à 30% de déperdition de chaleur au niveau des combles, perdus tout simplement parce que les calories montent. C’est simple : isoler au niveau du plancher des combles est le meilleur type d’isolation possible, le plus urgent, le moins coûteux et le plus performant, bien plus qu’isoler murs ou fenêtres. Le problème, c’est que beaucoup de gens sont isolés avec de la laine de verre qui a vingt ans d’âge, et ils en restent là. Mais elle se tasse, subit l’humidité, les rongeurs mettent le boxon… donc elle perd beaucoup de son efficacité. On parle d’une durée de vie de 15 à 20 ans, il ne faut pas l’oublier.

Quelles solutions préconisez-vous ?

On peut toujours rester avec le même isolant et mettre une surépaisseur. Mais aujourd’hui, vous avez la grosse majorité du parc habitatif qui est isolé avec de la laine de verre classique, alors qu’il existe une foultitude d’isolants plus simples, plus naturels et plus efficaces. Le mieux est de tout enlever et de mettre un isolant neuf. Nous, on est une enseigne qui traite de la performance de l’habitat, avec des solutions durables. On prône des matériaux naturels et on fait attention à la longévité de l’installation.

On propose deux solutions naturelles principalement, mais il y en a d’autres bien sûr. Ce qui est génial, c’est la ouate de cellulose, le rapport qualité prix est super. Elle est constituée en grosse majorité de papiers recyclés. L’avantage, c’est que c’est écolo et puis le matériau est très dense et plus lourd que la laine de verre. A épaisseur égale, le coefficient de déphasage, c’est à dire le temps que mettent les calories à traverser l’isolant, est deux fois plus élevé. C’est normal, il y a 70% d’air dans la laine de verre. Avec la ouate, les calories vont donc rester plus longtemps dans la maison avant d’atteindre les combles perdus : on parle de chaleur d’hiver et de confort l’été. Eh oui, quand il fait très chaud, le toit chauffe mais la chaleur met donc plus de temps à atteindre l’intérieur de la maison.

Et en plus, on n’est pas sur des panneaux ou des rouleaux : c’est de l’insufflation. Il s’agit de projeter des flacons de ouate de cellulose, ce qui permet de remplir tous les espaces et d’éviter les ponts thermiques. Ces “trous” sont une des grandes sources de déperdition de chaleur en hiver.

Attention ! Les ouates de cellulose ne se valent pas toutes. Certaines étaient traitées avec du sel d’ammonium, qui est irritant, et qui crée des remontées d’odeur d’urine. C’est désormais interdit (voir ici). Le sel de bore a également été décrié mais reste utilisé (les fabricants cherchent de nouvelles solutions, voir ici) et c’est toujours un grand bond en avant par rapport à la laine de verre !

Et autrement ?

On a une deuxième solution très sympa, innovante, et qui fait tourner l’industrie locale : c’est le métisse. C’est du textile recyclé. Comme la ouate de cellulose, c’est un matériau dense, qui permet, en plus du confort thermique, un confort acoustique que n’apporte pas la laine de verre. Mais pour des combles, ce n’est pas très important…  Sinon, vous avez aussi de la laine de bois, du chanvre, du liège aggloméré…

Avec les isolants naturels, on part sur des durées de vie de 25-30 ans ! Plus c’est dense, plus ça dure longtemps, donc au final, ce n’est pas forcément plus cher. D’autant que la méthode par insufflation est plus rapide qu’une méthode par panneaux, du moins pour un particulier.

Avez-vous quelques conseils tout bêtes ?

Tout dépend vraiment d’ou viennent les problèmes. Mais… On peut mettre un rideau devant une porte d’entrée qui laisse passer des jours, mettre des vannes thermostatiques aux radiateurs pour mieux consommer et chauffer en fonction des besoins… Le vrai conseil que j’ai à donner, c’est de regarder les aides locales, nationales, les crédits d’impôts. On peut refaire son isolation, avec des produits naturels, pour zéro euro. Vraiment.

 

Chiffres :

Selon l’Ademe, le chauffage domestique et la production d’eau chaude sanitaire sont de gros postes de dépenses dans un logement. Leur part dans la consommation totale d’énergie d’un ménage représente en moyenne plus de 75 % des dépenses énergétiques.

Selon l’Agence nationale de l’habitat, (Anah), aujourd’hui, près de 3 400 000 ménages consacrent en France plus de 10% de leurs ressources à payer leurs factures d’énergie. 87 % sont logés dans le parc privé et 62 % d’entre eux sont propriétaires de leur logement.

 

Avis sur : Isolez pour ne pas cailler !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail