Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

A découvrir

Logo MQA

L’interne au coeur tendre

"Alors voilà", c'est l'histoire d'un interne en médecine qui raconte son quotidien avec une infinie tendresse dont une jolie histoire d'amour.

L'interne au coeur tendre

Paru le 11 février 2014

Ecrit par Mon quotidien autrement

« Alors voilà », est un « Journal de soignés/soignants réconciliés ». Plus trivialement, c’est un blog où Baptiste, interne en médecine, raconte des histoires vécues. Toutes vraies donc, et toutes racontées avec une tendresse dont on ne se lasse pas. Faites-nous confiance, pas question de vous barber avec des descriptions absconses de pathologies. Il s’agit plutôt de vous bercer, sans vous protéger, grâce à des petits récits que l’auteur narre avec poésie. Pas que les siens d’ailleurs ! Mais aussi ceux que lui ont confiés des internes, des médecins, des infirmiers, des professeurs… « Je suis un passeur d’histoires. Un docteur conteur. Je les écoute entre le fromage et le dessert. Souvent, ils me disent : je ne pense pas que cette histoire soit passionnante et, souvent, ils se trompent », raconte l’interne dans l’à propos du blog.

Au fait, la plume de Baptiste a tellement séduit qu’on peut désormais la lire dans Alors voilà, les 1 001 vies des urgences (Fayard)

Avec son autorisation, nous publions l’une de ses histoires :

« Alors voilà le vieil homme et la vieille femme, 87 et 85 ans. Ils vivent tous les deux dans une GRANDE maison à trois étages, comportant chacun une chambre, une cuisine, une salle de bain.

– Faut pas croire, docteur, dit-elle en lui serrant la main, on s’aime mais c’est le seul moyen que nous ayons trouvé lui et moi. C’était pas vivable autrement. Après autant d’années de mariage, on a beaucoup de raisons de se détester…

– Je vis au troisième, répond Roméo en écho, parce que j’ai encore mes jambes. Juliette est plus fragile, elle reste au rez-de-chaussée. Pendant deux semaines, elle vit en bas, je vis en haut. Puis, le 15 du mois, elle monte d’un étage, je descends du mien et on habite ensemble jusqu’au 30 où chacun regagne ses pénates.

La vieille Juliette sourit, hoche la tête, l’embrasse :

– Quand on se sépare, c’est parfois un déchirement, parfois un soulagement. Mais quand on se retrouve, c’est toujours une fête.

J’aime bien les stratagèmes du Petit Dieu des Vieux Amoureux, je veux dire : j’aime VRAIMENT les stratagèmes du petit dieu des vieux amoureux ! »

Si vous vous demandez pourquoi Baptiste a appelé son blog « Alors voilà », nous vous conseillons ce beau billet.

Et si vous voulez découvrir l’étonnante histoire de cette jeune fille enceinte (spoiler: elle nourrissait son bébé d’une étrange manière) c’est ici ! Celle, très drôle avouons-le, de ce vieux monsieur à l’accent fort marqué, c’est  ! A vous de nous dire quels posts vous préférez….

Avis sur : L’interne au coeur tendre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail