Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Étouffantes, les mamans ?

Difficile de faire la part des choses avec ses adorables bambins

Étouffantes, les mamans ?

Paru le 29 mai 2012

Ecrit par Mon quotidien autrement

Et vous… « Êtes-vous suffisamment maman »? C’est la question que pose le magazine anglais Time, le 10 mai, affichant à sa Une une mère allaitant un fils qui semble avoir très nettement dépassé l’âge de se nourrir au sein. La photo a suscité, vous vous en doutez, une inondation de réactions. Au-delà de l’allaitement tardif, c’est toute la question de la proximité avec son enfant qui est soulevée. Ou, en d’autres mots, étouffez-vous votre enfant en croyant le badigeonner d’amour ? On célèbre cette semaine les mamans, et après tout c’est bien le moment de réfléchir à la question..

 

Le « maternage proximal » en vogue

En ces vagues de « retour au naturel », beaucoup se posent en fervents défenseurs de ce qu’on appelle l' »attachment parenting« . Ces adeptes du « maternage proximal »  croient fermement que plus on est proche de notre enfant, mieux c’est. Exit donc les « vieilles lunes », comme les bébés qu’on laisse pleurer dans le noir, vive le co-dodo, le « peau-à-peau » et le portage en tout occasion.
Leur maître-à-penser ? Le pédiatre américain William Sears, dit Dr Bill. les chiffres valsent : lui et sa femme sont parents de huit enfants, ont écrit une quarantaine de livres sur l’éducation, traduit en dix-huit langues et vendus à des millions d’exemplaires.
Que prône-t-il?

 

Les 7 B du docteur Bill

 

On lui doit la règle des 7 B.
1. Birth bonding – proximité, physique avec l’enfant dès l’enfance
2. Breastfeeding – allaitement
3. Babywearing – portage
4. Bedding close to baby – cododo
5. Belief in the language value of your baby’s cry – croire en la valeur communicative des pleurs du bébé
6. Beware of baby trainers – attention aux coachs de bébé aux principes éducatifs stricts et fermes, tels que « laissez pleurer votre bébé »
7. Balance – équilibre, savoir faire la part des choses

Rien de très choquant donc. D’autant que l’allaitement est l’un des points phares, et que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) préconise un allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de la vie, et la poursuite de l’allaitement jusqu’à l’âge de 2 ans. Malgré une augmentation ces derniers temps, la prévalence et la durée de l’allaitement en France sont parmi les plus faibles d’Europe, avec notamment une durée médiane de 10 semaines. Nous faisons donc figure de mauvais élèves

Des vagues de critiques

Et pourtant, le Time, dans son édition fort commentée, n’hésite pas à qualifier le pédiatre de « gourou« , avant de se demander comment diable ce fameux maternage « a poussé certaines mères à des extrêmes« . Ce dont il faut bien se rappeler, c’est que « ce sont des outils, et non des règles », comme le répète Dr Bill.

Des outils, par définition, chacun peut se les approprier comme bon lui semble. Ainsi, certaines mères, parce qu’il est souhaitable de nourrir au sein,  n’hésitent pas à  allaiter leur enfant jusqu’à 5 ou 6 ans.

Sur « les materneuses », un forum français, papotent des mères toutes adeptes de l' »attachment parenting ». Une rubrique s’appelle même « petit manuel d’auto-défense« , preuve que les critiques sont récurrentes. On trouve également une rubrique « affection charnelle » ou l’on peut lire leurs témoignages, mais aussi les questions qu’elles se posent, sur l’aspect « sensuel » voire « sexuel » de l’allaitement, sur la nudité ou la nuit dans le lit parental et les problèmes d’intimité pour le couple que cela peut poser.

 

Alors, ce retour au naturel qui suscite beaucoup de réactions : un phénomène de mode ou une tendance de fond qui va changer le quotidien des mamans ?

 

Faites nous part de vos réactions et postez  vos commentaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis sur : Étouffantes, les mamans ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail