Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Le point sur

Logo MQA

Le mouvement inexorable du vin vers le bio

D’une dizaine au début des années 80, les viticulteurs bio sont aujourd’hui de plus en plus nombreux. Et même les plus grands crus s’y mettent.

Le mouvement inexorable vers le bio

Paru le 23 septembre 2011

Ecrit par Mon quotidien autrement

Terminée l’époque où les vins bio ou naturels étaient considérés comme des “petits vins” élaborés par des baba cool. Les viticulteurs sont chaque année de plus en plus nombreux à s’orienter vers un mode de production biologique. Selon l’Agence bio, de 1995 à 2009, “les surfaces de vignes conduites en bio ont été multipliées par 8”, passant de 4854 hectares à plus de 39 000. Le nombre d’exploitations engagées en bio a augmenté de plus de 31% en une année (3 024 exploitations fin 2009).Qu’ils soient rouges, blancs, rosés, moelleux ou mousseux, ces types de vins produits à partir de raisins biologiques sont régulièrement primés dans des concours nationaux et internationaux.

Ras-le-bol

Pourquoi un tel engouement pour des modes de production du vin plus respectueux de l’environnement? Les raisons sont multiples. Il y a la santé des vignerons, exposés pendant des années à des pesticides, engrais et autres traitements chimiques réputés cancérigènes. Celle des consommateurs également qui veulent de plus en plus de produits naturels et en ont assez des goûts uniformisés. C’est le ras le bol surtout des viticulteurs qui voient au fil des ans leurs vignes et leurs terres se déséquilibrer.

Les grands crûs s’y mettent

Après des essais, parfois infructueux, la dynamique bio est enclenchée. Certaines régions, comme la Loire ou le Jura, regorgent de jeunes vignerons qui se défont de la tradition et osent aller vers des modes de production à taille humaine et plus respectueuses de l’environnement. Mais la grande nouveauté c’est que les grands crus s’y mettent aussi. Du Bordelais à la Bourgogne, les grands noms semblent lassés du conventionnel et chimique. Les vignerons apprécient les saveurs retrouvées de leurs crus et la liaison avec leur terroir. Et ça ne semble pas se finir. Il faut quatre ans pour obtenir une certification « bio »: en 2012, le vignoble bio est appelé à doubler.

Avis sur : Le mouvement inexorable du vin vers le bio

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail