Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Et si nous mangions nos emballages ?

Inspiré par les fruits, un chercheur a mis au point un conditionnement comestible : les Wikicells.

Et si nous mangions nos emballages ?

Paru le 13 novembre 2012

Ecrit par Mon quotidien autrement

Et si vous mangiez vos yaourts… et leur pot avec ? C’est l’idée géniale qu’a eue le scientifique Américain basé à Paris, David Edwards.  WikiCells est un concept de packaging mangeable, somme toute fort naturel : pensez à un grain de raisin, avec sa peau indissociable de sa pulpe, le principe est exactement le même. L’enveloppe peut être mangée, et elle a ses propres qualités nutritionelles.

On ne compte plus les produits souvent sur-emballés que nous consommons tous les jours. En France, nous produisons deux fois plus de déchets qu’il y a quarante ans. Selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’énergie), chaque habitant produit 374 kilos d’ordures ménagères par an et 33% de ces déchets sont des emballages. Ils représentent environ 50% en volume et 25% en poids de la poubelle ménagère non triée. Dans le secteur alimentaire, l’emballage représente jusqu’à 20% du coût du produit fini. Le consommateur paye donc les emballages lorsqu’il achète des produits mais également via les impôts, les diverses taxes et redevances.

Coque en résidu de canne à sucre

La nature inspire les chercheurs : comme pour les œufs ou les noix de coco, David Edwards a imaginé un aliment possédant une peau tendre, indissociable du contenu, protégé par une coque plus rigide. La fine pellicule est réalisée à partir de particules naturelles de chocolat, de fruit, de noix et de graines, avec une partie de chitosan (polymère biochimique) ou alginate (issu des algues).  Avec des particules gélifiées par des ions de calcium, magnésium, etc. pour la peau. La coque, elle aussi mangeable, ou bien complètement biodégradable, est faite en pure bagasse, un résidu de canne à sucre, ou bien en Isomal, édulcorant couramment employé dans l’alimentation, auxquels sont ajoutées des particules de nourriture.

Boule de gaspacho entourée d’une pellicule tomate-basilic

Et là, avec un peu d’imagination, tout devient possible. Les Wikiglaces, à la vanille par exemple, peuvent être emballées dans une peau de chocolat et vendues dans une coque de bagasse. Une fois débarrassé de la coque, vous tenez votre glace dans vos mains, sans qu’elle ne fonde, avant de la déguster. Le gaspacho lui, peut être entouré d’une peau de tomate et de basilic. Il existe même des WikiCocktails : une enveloppe aux zestes d’orange et cœur de Cointreau. En bref, la peau tendre fait partie intégrante de l’aliment et les inventeurs jouent avec les goûts comme avec les qualités nutritionnelles de ces enrobages. Question hygiène, sachez que les Wikicells se lavent à l’eau, comme on le fait tous les jours avec nos fruits.
L’idée est loin d’être loufoque. La société Wikicells Design vient de lever 10 millions d’euros de fond et de gagner le grand prix de l’Innovation au salon de l’alimentation SIAL. Et si vous avez encore des réticences, et que vous habitez à Paris, ou avez l’occasion d’y aller, le produit sera commercialisé dans quelques mois dans un tout nouveau Wikibar.

Avis sur : Et si nous mangions nos emballages ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail