Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Comprendre en 1 minute

Logo MQA

Diminuer le stress avant les examens

Apprendre à apprivoiser le stress pour ne pas se laisser dépasser.

Le stress, ennemi intime des étudiants en examen

Paru le 7 octobre 2015

Ecrit par Laure Grouas

Il tord le ventre, empêche de dormir, rend les mains moites. Lui ? C’est le stress. A l’approche des examens, il s’invite et perturbe les révisions. Pour mieux lutter contre, mieux vaut d’abord apprendre à connaître son ennemi. «Le stress est une réaction de l’organisme lorsque l’individu est soumis à des pressions ou des contraintes de son environnement », explique Marie-Christine Groh, sophrologue dont la clientèle compte nombre d’étudiants en pleines révisions. « C’est physiologique, c’est un mécanisme qui s’enclenche, comme la digestion ».

Gérer cette anxiété

Impossible même pour les plus sereins d’y échapper. Tout va dépendre de la capacité de chacun à gérer cette énergie et à tout faire pour que celle-ci ne se transforme pas en anxiété, capable de paralyser les élèves les mieux préparés. «Certains angoissés vont se lancer, le jour de l’examen, sur leur sujet, sans prendre le temps de la réflexion. D’autres vont ne pas savoir quel sujet choisir ou vouloir en faire trop et se perdre dans des détails ».

En plus de révisions appliquées, d’une alimentation saine et de bonnes nuits de sommeil, le stress peut se dompter en amont. « Le principe est d’amener les étudiants à vivre une exposition progressive à l’événement stressant pour désamorcer l’anxiété le jour J », poursuit Marie-Christine Groh. « Un examen écrit se prépare… à l’écrit en élaborant des plans ou en s’entraînant à rédiger en temps limité, par exemple. Pour l’oral, le candidat doit se mettre en situation, face à un jury imaginaire en répondant à des questions tirées au hasard. »

Médecines douces et homéopathie

Les exercices de respiration aident à atteindre un état plus relaxé. Les plus angoissés peuvent se tourner vers les médecines douces comme la sophrologie et se mettre à l’homéopathie. « Il n’y a pas de dépendance, pas d’effets secondaires, ni de somnolence », détaille le docteur Dominique Jeulin, homéopathe. « L’homéopathie permet de faire diminuer le niveau d’angoisse et de le rendre acceptable. Pour les plus angoissés, mieux vaut prendre un traitement en amont, pour les petits inquiets, il existe des médicaments homéopathiques à prendre les jours précédant l’épreuve »

Avis sur : Diminuer le stress avant les examens

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail