Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Comprendre en 1 minute

Logo MQA

Le boutis ? Ce n’est pas ce que vous croyez

Simple couvre-lit synonyme de chaleur par nuits froides ?

Le boutis ? Ce n’est pas ce que vous croyez

Paru le 3 mars 2011

Ecrit par Juliette

Tableaux, napperons, coussins déclinent le boutis pour en faire des œuvres décoratives, autant qu’utilitaires.

Sujet à confusion, le boutis provençal ne bénéficie pas d’une appellation protégée, et le mot est utilisé à tort. Le boutis que l’on trouve dans le commerce est en réalité le plus souvent du piqué marseillais.

Important ? Oui, car les techniques sont différentes : alors que le piqué réunit trois couches de tissus par un piquage, la technique du boutis consiste à coudre les motifs sur le tissu, puis à en bourrer les formes de coton à l’aide du fameux boutis, grosse aiguille à bout rond, ce qui permet d’obtenir un rendu, un relief et une précision sans comparaison.

Le véritable boutis est rare. Cette tradition a été progressivement oubliée avec l’apparition de la machine à coudre, et n’est aujourd’hui perpétuée que par quelques connaisseurs passionnés, qui fabriquent ces précieux tissus de façon artisanale.

Rare, mais pas perdu: grâce à son site Internet, Mireille Santarnecchi, créatrice de la marque A’boutis, tente de redorer l’image de cette technique à l’aide de motifs plus modernes et de couleurs plus actuelles. Vous voulez vous y mettre ? Rien de plus facile, assure cette passionnée originaire d’un petit village proche d’Avignon: l’apprentissage se fait très rapidement – pas plus de deux demi-journées – et vous permet d’assortir motifs et couleurs à votre intérieur. En récompense de vos efforts, vous pourrez cet hiver vous blottir avec volupté dans une couverture en boutis véritable.

Avis sur : Le boutis ? Ce n’est pas ce que vous croyez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les commentaires :

Chaque semaine dans votre boîte mail