Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Logo MQA

Sauvons le peuplier et les boîtes de camembert !

Veut-on des camemberts dans des boîtes en plastique ?

Sauvons le peuplier et les boîtes de camembert !

Paru le 21 octobre 2014

Ecrit par Mon quotidien autrement

La populiculture… Du populisme en agriculture ? De la pop version maraîchère ? Rien de tout cela. La populiculture, c’est tout simplement la culture du peuplier. Arbre à croissance rapide, avec une récolte en 15 à 20 ans. Et arbre de très haute importance : que vous le sachiez ou non, vous le croisez souvent. A l’heure des repas par exemple, lorsque vous vous délectez d’une énième part de camembert. Car c’est en peuplier que lesdites boîtes sont fabriquées.

Veut-on du camembert dans des boîtes en plastique ?

Le hic – et quel hic : les boites à camembert sont menacées. La popiculture a un coup de mou, la France est bientôt en pénurie de peupliers ! Les causes sont multiples : la concurrence du carton et du plastique pour fabriquer des emballages, les intempéries qui ont touché les peupleraies, des agriculteurs vieillissants… En fait, il faudrait planter beaucoup plus, comme l’indique Eric Vandromme, Président du Conseil National du Peuplier (CNP) :

« Le niveau de récolte est inchangé depuis une dizaine d’années, mais on reboise aujourd’hui entre une parcelle sur trois et une parcelle sur deux seulement. C’est un non-sens, puisque le bois de peuplier est une des principales ressources renouvelables en France. Il est donc plus que temps d’agir pour assurer l’avenir de la filière et continuer à proposer un matériau écologique, renouvelable, et aux multiples atouts. Veut-on du camembert dans des boîtes en plastique ? »

La France, 2ème producteur au monde !

Voilà pourquoi la Charte Merci le Peuplier a été lancée, au niveau national, en avril dernier à Paris. Pilotée par le CNP, elle est destinée à relancer les reboisements de peupliers en rapprochant les maillons de la filière et en incitant financièrement les propriétaires de peuplier à reboiser après récolte. Concrètement, il s’agit de proposer aux propriétaires, au moment où ils achètent le bois, de signer une convention : le propriétaire s’engage à reboiser, et une fois la replantation réalisée l’acheteur du bois lui remettra 2.50 € par tige replantée. Cela représente près de 500 €/ha.

Car on ne rigole pas avec le peuplier en France. Avec 240.000 hectares de peupleraies et 250 millions de chiffres d’affaires pour le secteur, nous nous classons 2ème producteur au monde derrière la Chine !

Avis sur : Sauvons le peuplier et les boîtes de camembert !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail