X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

L'info

Logo MQA

Les six remarques pénibles que l’on fait aux écolos. Nos antisèches.

two brutal man looking into each other's eyes

Paru le 7 juin 2022

Ecrit par Elsa de Mon Quotidien Autrement

Comment répondre aux six critiques qu’on vous oppose systématiquement quand vous tenez des propos sur l’écologie. Voici nos antisèches.

1) Les petits gestes individuels, ça sert à rien !

Eh bien si ! Contrairement à ce qui s’est beaucoup dit ces dernières années, l’action individuelle, si elle est entreprise par beaucoup d’individus donc collective, peut avoir des conséquences écologiques très importantes.

Récemment, un article du Monde faisait référence à une étude publiée début mai dans la revue scientifique Nature et qui affirmait « que réduire de seulement 20 % notre consommation de bœuf pourrait diviser par deux les émissions du système alimentaire mondial ainsi que la déforestation. »

Le Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (Giec), dans son dernier rapport, a évalué que 40 % de la baisse de l’impact carbone du secteur alimentaire proviendrait de facteurs sociaux-culturels ; c’est-à-dire d’une modification de nos habitudes alimentaires : moins manger, mieux manger (régime végétarien ou au mieux flexitariste) et moins gaspiller.

Bien entendu, nous n’y arriverons pas si l’action n’est réalisée qu’à l’échelle individuelle-collective. Vu l’ampleur de la tâche, les entreprises et l’Etat peuvent (et doivent) peser dans la balance de manière importante. Mais force est de constater que jusqu’à présent, la baisse du marché de la viande, l’explosion des ventes de produits bios et locaux, la remise en service des trains de nuit …se sont faits sous la pression et la demande des consommateurs et utilisateurs …

2) Vous nous faites peur les écolos, avec vous il n’y a plus de plaisir…

Recadrons tout de suite le débat. La véritable absence de plaisir, elle est juste au bout de notre nez et elle ne sera pas du fait des écolos mais plutôt du dérèglement climatique. Dernière nouvelle en date, nous sommes fin mai et seize départements sont en situation d’alerte sécheresse. Un monde vraiment dénué de plaisir, c’est un monde où il y aura pénurie d’eau donc pénurie alimentaire, inondations répétées avec destruction d’habitat, disparition des glaciers et multiplication des feux de forêt, successions de journées à + 30°, rendant le quotidien très pénible à vivre et mettant en péril la vie des personnes vulnérables. Et ça n’aura pas lieu qu’à des milliers de kilomètres de chez nous, tout cela aura bien aussi lieu en France.

Alors, non, ce que nous voulons, nous les écolos, c’est qu’avant de nous traiter de rabats-joies ou de pisse-vinaigre, c’est que vous essayiez de vivre plus sobrement quelques mois. L’idée est que vous testiez la sobriété avant de la critiquer. Quelques propositions :  manger de la très bonne viande 2 fois par semaine et tester des recettes végétariennes alliant céréales et légumineuses le reste du temps, prendre le train de nuit (et éviter ainsi des heures et des heures d’embouteillage), cuisiner maison en limitant les produits industriels (votre porte-monnaie vous dira merci), garder et faire réparer votre smartphone plutôt qu’en changer tous les deux ans (votre porte-monnaie vous dira encore merci), découvrir des coins méconnus de France et marcher dans la nature …et vous trouverez peut-être que finalement, tout cela, c’est vraiment beaucoup de plaisir !

3) Pas de panique, la technologie va nous sauver

Bien des dirigeants sont friands du tout technologique pour enrayer la crise climatique : avion bas-carbone, robotisation de l’agriculture, hydrogène vert… D’autres mettent leur espoir dans des innovations fantasques. Doit-on vraiment expliquer pourquoi l’idée d’ensemencer des nuages pour qu’il pleuve, de mettre des sels alcalins dans les océans pour contrer l’acidité ou de capturer le CO2 est une idée plus flippante que réjouissante ?

« La technologie ne résoudra pas le changement climatique parce qu’elle ne peut pas être déployée à l’échelle suffisante dans les temps », a rappelé dans les colonnes du Financial Times Julian Allwood, chercheur en ingénierie à l’université de Cambridge et coauteur du cinquième rapport du Giec. Il compare les discours des friands de tech à celui d’un médecin qui conseillerait à un alcoolique de continuer à boire, parce que le gouvernement développe une technologie pour réparer le foie.

Un autre frein à évoquer, est la pénurie annoncée des matières premières entrant dans la composition de nombreuses nouvelles technologies (comme les terres rares par exemple). Leur extraction est par ailleurs source de pollution et souvent réalisée dans des conditions sociales déplorables.

Alors, quelle solution ? La sobriété, martèlent les écolos. « La sobriété est de plus en plus reconnue par les experts comme un levier indispensable d’action pour la soutenabilité, mais elle reste connotée négativement dans le débat politique », disait à France Info Yves Marignac, porte-parole de l’association Négawatt.

4) L’écologie, c’est la décroissance et le chômage assurés

Là, on n’a jamais compris cet argument. Il est évident que les achats de biens et services produits localement compenseront en grande partie le recul de la production et la consommation de biens manufacturés importés en grand quantité. Et pour mettre en place des filières de recyclage efficaces (batteries d’autos, déchets, …), pour développer une agriculture maraîchère  en remplacement des élevages industriels, pour construire un réseau d’experts en bâtiment écologique, il va falloir en créer des emplois … Le point crucial est de proposer ces nouvelles orientations et cursus de formation dès maintenant à nos enfants et adolescents.

5) Si je ne prends pas l’avion, quelqu’un d’autre le prendra…et puis de toutes façons, c’est trop tard

Se dire que nos actions n’ont aucune conséquence, que c’est trop tard ou que les voisins sont plus pollueurs que nous ne sont, admettons-le, que des excuses pour ne rien faire. S’il s’agit avant tout de faire pression sur nos dirigeants pour qu’ils taxent enfin le kérosène et qu’il ne soit plus possible de prendre des billets d’avions à 10 euros, on peut déjà, à notre échelle, se passer de ce mode de transport hyper polluant. Et cela peut porter ses fruits : en Suède, depuis fin 2018, le mouvement « flygskam »  – « la honte de prendre l’avion » – aurait plombé le trafic aérien ! Vous voyez : nos actions individuelles ne sont pas si inutiles que ça…

Et puis, il n’est pas trop tard. Même si nous n’arrivons pas à respecter l’objectif donné par les accords de Paris, nous pouvons, maintenant que nous sommes conscients du problème et au fait des solutions, œuvrer pour les générations futures humaines, animales et végétales présentes sur la planète terre. Un objectif enthousiasmant, n’est-il pas ?

6) La seule solution, c’est de ne plus avoir d’enfant. Tout le reste, c’est du bla bla …

En admettant que ce soit LA solution, vous faites comment ? On bascule dans un régime totalitaire comme en Chine ?

Et puis doit-on rappeler, que l’impact carbone moyen par habitant est beaucoup plus élevé dans les pays où l’on a peu d’enfants. Par ailleurs, n’oublions pas qu’au niveau mondial, les 10 % des personnes les plus riches génèrent presque 50 % des gaz à effet de serre de la planète ! Le critère clé, ce n’est donc pas le nombre d’enfants par foyer mais plutôt la façon dont on utilise son argent quand on en a beaucoup (de l’argent) et la façon dont sont éduqués les « enfants de riches » en matière d’écologie. Moralité : si avez envie d’avoir des enfants, allez-y mais faites des enfants bas carbone en leur créant un nouvel imaginaire dès leur plus jeune âge !

Avis sur : Les six remarques pénibles que l’on fait aux écolos. Nos antisèches.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Sondage

La Coupe du monde de football 2022, vous allez la jouer comment ?

Loading ... Loading ...

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société