Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Êtes-vous accro au travail ?

Pour les "addicts", le travail n'est pas toujours à la fête

Êtes-vous accro au boulot?

Paru le 1 mai 2012

Ecrit par Mon quotidien autrement

La plupart des dépendances sont honteuses, comme celle à l’alcool, ou bien frivoles, si l’on pense aux accros du shopping. On parle même désormais de « nomophobie » (ou « No Mobile Phobie ») en référence à la hantise d’être séparé de son téléphone portable. Mais il existe une addiction que l’on peine à reconnaître : celle au travail. Et si le 1er mai, davantage que les autres jours, on est prompt à valoriser toutes personnes « s’impliquant » dans son travail, il existe pourtant de vrais drogués du boulot. C’est peut-être même votre cas.

Une frontière floue entre vie privée et vie professionnelle

Horaires impossibles avec heures supplémentaires à la clé, objectifs difficilement atteignables : on se retrouve souvent surmenés bien malgré soi.

Selon une enquête réalisée par l’Ifop au mois de mars pour le site Kelformation, près d’un tiers des salariés français déclarent être malheureux au travail. Et la charge de travail fait partie des raisons évoquées, tout comme la reconnaissance de la part de ses supérieurs ou le salaire. Les récents suicides à France Télécom, – vingt-quatre personnes en dix-huit mois – ont mis la lumière sur le surmenage et ses effets dévastateurs. Au Japon, depuis l’après-guerre, le phénomène a explosé. Les Nippons ont même un mot pour qualifier la « mort par excès de travail », majoritairement par morts subites dues à des arrêts cardiaques : karoshi

Si l’on s’en tient au temps de travail, en France, nous sommes un peu en dessous de la moyenne européenne avec 41 heures de travail hebdomadaire (même si nous vivons sous le régime légal des 35 heures). Les Autrichiens, eux, sont en tête avec 44 heures. Mais la démocratisation des smartphones et des connexions internet en wifi fait qu’il n’est pas aisé de s’arrêter, même lorsqu’on est chez soi, en week-end ou en vacances. Difficile, dès lors, de tracer une frontière claire entre vie professionnelle et vie personnelle.

Être passionné, ce n’est pas être obsédé

C’est ce flou qui peut causer une réelle dépendance au travail. Vous travaillez plus de 80 heures par semaine ? Vous emportez votre boulot chez vous ? Vous travaillez au lit, en vacances, en week-end ? Vous êtes peut-être « workaholic », c’est-à-dire que vous entretenez une relation pathologique au travail…

Bryan Robinson est psychothérapeute et doctorant, auteur de « Enchaîné à son bureau », livre dans lequel il propose un test pour savoir si, oui ou non, quelqu’un est dépendant. Il s’agit d’une série d’affirmations, telles que « j’ai du mal à me relaxer quand je ne travaille pas » ou « je me mets sous pression avec des deadlines que je me suis moi-même imposés ».

Si la personne se reconnaît dans une majorité d’entre elles, il se pourrait qu’elle soit « boulomane ». Il faut non seulement que la personne travaille beaucoup, mais aussi qu’elle relie fortement son estime de soi à ses réalisations professionnelles. Car être passionné par son travail n’est pas être obsédé. Pour différencier les gros bosseurs des réels drogués du boulot, le chercheur américain propose une métaphore: le premier rêve de pistes de ski au travail, le second de retourner au travail alors qu’il est sur le télésiège.

Se fixer des limites

Si vous vous sentez concerné, Doctissimo propose un test rapide pour savoir si vous êtes accro ou pas! Que vous ayez une réelle dépendance ou que vous soyez un gros bosseur, sachez que travailler trop peut être source de véritables pathologies. Nous avons évoqué l’exemple japonais, mais sans aller aussi loin, vous pouvez être sujet à des maux de tête ou à des insomnies. La première des consignes est peut-être la plus difficile à observer : savoir se fixer des limites.

Avis sur : Êtes-vous accro au travail ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail