X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Le chiffre

Logo MQA

30 % de canopée urbaine en plus = 400 morts prématurées en moins

Les arbres ont un impact positif sur l'espérance de vie.

Canopée urbaine.

Paru le 2 mars 2021

Ecrit par Déborah

400 morts prématurées en moins par an : c’est l’impact que pourrait avoir une augmentation de 20 à 30 % de la canopée urbaine dans une ville telle que Philadelphie. C’est la conclusion d’une étude publiée dans The Lancet Planetary Health en 2020, dirigée par the Barcelona Institute for Global Health (ISGlobal).

Accroître de 30 % sa canopée urbaine d’ici à 2025, c’est justement l’objectif que s’est fixée la municipalité américaine. Elle pourrait ainsi faire baisser de 3 % la mortalité annuelle de la ville. En particulier dans les quartiers les plus modestes. « Bien que chaque ville ait ses propres caractéristiques, cette étude fournit un exemple pour toutes les villes du monde. De nombreuses vies peuvent être sauvées en augmentant les arbres et en verdissant les environnements urbains, même à des niveaux modestes », souligne Mark Nieuwenhuijsen, coordinateur de l’étude.

L’importance d’avoir des espaces verts à moins de 500 m de chez soi

Quelques années plus tôt, le même institut avait mené une vaste étude, conjointement avec l’OMS, pour mesurer l’impact global de la hausse de la végétation en milieu urbain sur l’espérance de vie. Pour cela, neuf études longitudinales impliquant plus de huit millions de personnes dans sept pays différents, avaient été impliqués.

L’institut avait ensuite utilisé le Normalised Difference Vegetation Index (NDVI). Cet indice se base sur l’analyse d’images satellites permettant de cibler les espaces de verdure de manière efficace. « Le calcul du NDVI pour un pixel d’une image satellite résulte toujours en un nombre allant de -1 à +1. Un score de 0 indique l’absence de feuilles vertes, +1 indique la plus haute densité possible de feuilles vertes et -1 indique la présence d’eau », précise l’étude. Cette dernière a permis de mettre en évidence « une réduction de 4 % de la mortalité prématurée par tranche de 0,1 de la note de végétation, à moins de 500 mètres de la résidence ».

Avis sur : 30 % de canopée urbaine en plus = 400 morts prématurées en moins

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société