X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Le chiffre

Logo MQA

1000 m3 par habitant et par an : en-deçà, la pénurie d’eau

Un indicateur qui donne des repères.

Pénurie d'eau, sécheresse : les problèmes s'aggravent sur la ressource en eau potable © Houbazur CC BY-SA 2.0

Paru le 4 octobre 2022

Ecrit par Mathilde de Mon Quotidien Autrement

1000 m3 par habitant et par an, c’est le seuil en deçà duquel on peut parler de pénurie d’eau, d’après l’« indice de stress hydrique » défini par l’hydrologue suédoise Malin Falkenmark et largement utilisé aujourd’hui.

La pénurie d’eau, c’est la rareté des disponibilités d’eau douce à une échelle géographique et temporelle donnée, entravant la satisfaction des besoins actuels et futurs.

C’est à partir des années 1970 que Malin Falkenmark a alerté sur les dangers concernant la ressource en eau disponible pour les humains à l’échelle mondiale. C’est elle qui a distingué clairement l’« eau verte » (issue des précipitations) et l’« eau bleue » (eau superficielle d’écoulement et eau souterraine).

Dans un article publié en 1987, elle a introduit son indicateur du stress hydrique qui exprime le niveau de rareté de l’eau dans une région donnée, en se basant sur la quantité d’eau douce renouvelable disponible pour chaque personne chaque année. Malin Falkenmark avait alors proposé trois seuils permettant de qualifier le degré d’intensité de la pénurie : 1 700 m3 par personne par an pour le « stress hydrique » ; 1 000 m3 par personne par an pour la pénurie ; 500 m3 par personne par an pour la « barrière hydrique » synonyme de pénurie chronique ou absolue.

Cet indicateur est devenue une référence pour la gestion de l’eau, mais il est toutefois imparfait sur certains plans, comme le souligne le professeur de géographie David Blanchon dans la revue Géopolitique de l’eau. Parmi ses principaux biais méthodologiques, celui du choix et du manque de fiabilité des données, car 15 à 20 % du territoire mondial est dépourvu de stations de mesure. De plus, le fait de « prendre en compte une moyenne annuelle à l’échelle nationale homogénéise des situations parfois très différentes ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 2 milliards de personnes vivent actuellement dans des pays en situation de stress hydrique, « phénomène que les changements climatiques et la croissance démographique devraient exacerber dans certaines régions », souligne l’organisation.

Avis sur : 1000 m3 par habitant et par an : en-deçà, la pénurie d’eau

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Sondage

La Coupe du monde de football 2022, vous allez la jouer comment ?

Loading ... Loading ...

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société