Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Des gens qui se bougent

Logo MQA

Il a créé son entreprise de ménage zéro déchet

Réutilisable, lavable ou compostable : c'est le credo du canadien Charles-Antoine Dumas-Lamarche

menage

Paru le 12 novembre 2019

Ecrit par Elsa de Mqa

Vous avez mis du temps mais ça y est, vous faites partie de la secte des adeptes de bicarbonate de soude. Aidé de la précieuse poudre blanche, de vinaigre blanc et de savon de Marseille, vous êtes (presque) un as du ménage écolo.

Charles-Antoine Dumas-Lamarche, un jeune québecois, a poussé le concept un peu plus loin. Il a lancé en mars 2019 Propp, son entreprise de ménage zéro déchet et ils sont désormais trois à astiquer les appartements montréalais sans produire de déchets donc, et sans produits toxiques. Même sa carte de visite est écolo : on peut la planter et attendre que le basilic pousse…

Lorsqu’on connait les méfaits des produits chimiques sur la santé – et les femmes de ménage sont les premières à en pâtir – on se dit qu’on aimerait bien que de telles initiatives existent en France.

Comment vous est venue l’idée de créer une entreprise de ménage zéro déchet ?

J’ai eu quelques expériences de travail en communication, que je n’ai pas aimées. Il me faut quelque chose qui bouge. J’ai eu envie de créer ma propre entreprise. Je suis allé au Festival Zéro Déchet de Montréal et j’y ai rencontré plusieurs fournisseurs de produits ménagers. C’est comme cela qu’est venue l’idée de cette entreprise d’entretien ménager zéro déchet.

Concrètement, c’est quoi, du ménage zéro déchet ?

Nous n’utilisons que des produits naturels et biodégradables en vrac. Nous avons aussi commencé à fabriquer un produit multiusage à base d’eau, de vinaigre et de bicarbonate de soude. Pour ce qui est des accessoires, nous utilisons des serviettes en microfibre lavables. Nous utilisons également un substitut aux essuie-tout en fibres naturelles, qui peut être utilisé plus de 300 fois et qu’on peut laver entre chaque utilisation. Lorsqu’il n’est plus bon, on le met simplement au compost. Notre aspirateur est sans sac, et nous avons plusieurs recharges pour notre balai à franges qu’on lave à la fin de la journée. Tout ce que nous utilisons est donc réutilisable, lavable ou encore compostable.

Est-ce qu’il y a une demande forte, de particuliers comme d’entreprises ?

Oui la demande est assez forte. Je dirais que notre plus grosse clientèle sont les jeunes familles. Non seulement elles sont débordées et ont besoin d’un coup de main au niveau du ménage mais elles ont également les enjeux environnementaux à cœur.

Etes-vous le seul à proposer cela à Montréal ?

Il y a plusieurs compagnies qui utilisent comme nous des produits naturels, mais je n’ai pas vu dans mes recherches des compagnies qui font dans le zéro déchet.

 

Avis sur : Il a créé son entreprise de ménage zéro déchet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail