Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Des gens qui se bougent

Logo MQA

Gilles Clément, jardinier amoureux des friches et de la liberté

Ce jardinier mondialement connu est un grand défenseur de la biodiversité.

gilles-clement

Paru le 19 juin 2018

Ecrit par Elsa de Mqa

C’est lui qui a créé le jardin du Parc André Citroën à Paris, ou celui du Quai Branly à Paris aussi. Gilles Clément, c’est ce jardinier paysagiste auteur qui depuis des décennies nous pousse à changer le regard sur les jardins. Il a créé de nombreux concepts aux noms aussi poétiques que militants : un plaidoyer pour les « tiers-paysages », hommages aux friches et autres espaces délaissés et riches de biodiversité ; un « éloge des vagabondes » ; ou un amour pour les « jardins en mouvement », des friches que le jardinier observe et guide, tout en laissant aux espèces présentes la liberté de mouvement. Cet artiste créateur de jardins nous a parlé de nature et de biodiversité depuis la Creuse.

 

« Le jardin ne s’enseigne pas, il est l’enseignant », avez-vous dit. Que peut-on apprendre d’un jardin ?

Un jardin, c’est un ensemble d’êtres vivants, plantes et animaux qui, tout le temps, inventent des choses qu’on n’avait pas prévues. Le jardinier le sait en allant dans son jardin. Chaque jour, il y a un truc nouveau. C’est un territoire de surprise et d’étonnement. Même si on croit le connaître, il nous apprend tous les jours quelque chose, des floraisons pas prévues par exemple. C’est une forme d’intelligence biologique très au point.

Est-ce que l’on est tous des jardiniers ? A quel point faut-il « s’y connaître » ?

On a tous en nous ce besoin d’équilibre, jardiner est quasi thérapeutique. Le jardin est un territoire mental d’espérance, on plante une graine, c’est pour « demain” : on n’est pas tiré vers le passé, et on est rarement déçu. C’est quelque chose d’assez heureux, quelque que soit le niveau de connaissance.

Bon, il vaut mieux s’y connaître, pour savoir quelles plantes on veut garder ou supprimer et pour cela, il faut avoir des connaissances botaniques. Mais il n’existe plus de formations aujourd’hui… On est en train de supprimer les arboretum, tenez, celui de Montpellier, qui est le premier jardin botanique de France, est à l’abandon. On ne donne pas aux citoyens planétaires la possibilité de connaître là ou ils habitent, ce qui permettrait d’accéder à une certaine autonomie. On est plutôt en train de robotiser les citoyens, on n’est pas dans l’accroissement de la connaissance, car c’est dangereux pour le marché.

C’est pourquoi vous avez des « écoles du jardin planétaire » ?

Il s’agit d’éducation populaire, c’est une manière de compenser à un échelon minuscule.

Pour revenir au fait de jardiner, dans les jardins en mouvement, dont l’exemple le plus connu est le parc André Citroën, les jardiniers deviennent des inventeurs.

Dans le cas particulier du « jardin en mouvement », il y a deux dimensions : la connaissance, il faut que le jardinier soit un savant, qu’il sache quoi garder et quoi supprimer, et qu’il soit un artiste, un créatif, car il va déterminer les formes que prendra ce jardin. Le jardin n’est alors pas l’exécution d’un dessin conçu sur une table, mais il apparaît sur le terrain. Le jardinier n’est alors pas un technicien de surface, il réfléchit. Il interprète sans arrêt ce qui arrive dans son jardin.

Pourquoi est-ce que les jardins clos, dessinés, pensés, comme ceux de Versailles, vous chagrinent ?

Oh, ils ne me chagrinent pas du tout, ils sont fort intéressants. C’est un constat sur l’histoire, les jardins racontent quelque chose, tout dépend de ce qu’on veut protéger. Aujourd’hui, c’est la biodiversité parce qu’elle est en péril. Les jardins persans avaient en leur centre des canaux représentant les quatre fleuves du paradis car l’eau était extrêmement précieuse, il fallait un objet sacré au milieu. A l’époque romantique, il y a des belvédères : c’est une vision dramatisée de la nature, on crée des cascades, et on considère que c’est ça qui est beau.

En fait, votre manière de penser les jardins est liée à notre époque…

Oui, c’est cela. Ce n’est pas idéologique, c’est un constat : quand j’ai commencé mon propre jardin dans la Creuse, je voulais protéger les insectes. Or j’avais appris à les tuer dans ma formation d’ingénieur horticole. J’ai tout désappris, et réappris de façon empirique.

 

Parc André Citroën – crédit photo flickr
Stijn Nieuwendijk

 

Il y a une prise de conscience tout de même… Tenez, nous parlions récemment de la protection de la biodiversité dans les terrils.

Absolument ! Ceux qui n’ont rien compris sont ceux qui nous dirigent, ils sont les exécutants des lobbys. Quand on voit la reconduction des lois sur le glyphosate, ou l’autorisation donnée à Total d’importer de l’huile de palme pour faire des carburants… On se fout de nous ! C’est honteux !

Mais cette prise de conscience existe…

Oui, à de petits niveaux, des associations, des individus, des mairies, comme celles de Grenoble ou de Rennes. C’est peut-être dans les villes qu’on a le plus grand soin de la nature… C’est là qu’on peut récolter du miel, et c’est fou d’en arriver là. Ailleurs, les ruches périssent. Les  villes protègent plus la biodiversité que l’espace agricole, je caricature à peine. On pousse à l’industrialisation du territoire, on pousse les agriculteurs et les éleveurs à élever un animal ou une plante et tuer tout le reste. C’est catastrophique, inhumain. Et il n’y a aucune aide pour le bio. Dans le même temps, il y a des centaines de suicides d’agriculteurs…. (Ndlr : un agriculteur se suicide tous les deux jours en France)

Contre ces mono- cultures, vous faites l’éloge des « vagabondes”…

C’est un comportement naturel, le vagabondage, que j’ai découvert à travers les plantes annuelles et bisannuelles qui ne se resèment jamais au même endroit. Elles n’ont que les graines pour se reproduire, qui sont souvent équipées pour voler, comme la graine de pissenlit, ou celle d’érable qui a des ailes. D’autres sont « velcro », pour voyager avec les animaux. C’est très au point. Les noyaux de cerise sont mangés par des oiseaux, qui vont voler ailleurs. Alors, il faut tuer l’oiseau? Parce qu’il n’aurait pas le droit de voyager à Paris? Les plantes et les animaux ne connaissent pas le cadastre.

Il faut faire confiance au vivant, si une plante arrive c’est qu’elle veut être là. On peut remercier la jussie de venir pousser dans un milieu pourri : cette plante aquatique mal vue (originaire d’Amérique du Sud, cette plante colonise tous les milieux humides, ndlr) est arrivée dans des lieux pollués, comme l’étang d’Orx dans les Landes. Il avait été asséché pour cultiver du maïs, ce qui est extrêmement polluant. Puis lorsqu’on a arrêté et laissé remonter l’étang, les plantes aquatiques ne sont pas revenues… La jussie s’est installée, et elle est une preuve de la pollution. Plutôt que lutter contre les plantes, on devrait les remercier de s’installer là.

En faisant l’éloge des vagabondes, vous réhabilitez les plantes « invasives ».

Il y a sans doute des plantes exagérément envahissantes, qui peuvent inquiéter. Mais ce n’est que du vivant, c’est magnifique. Cela peut venir d’un dérèglement, mais allons aux sources de ce dérèglement plutôt que de lutter contre ce qui est vivant.

 

Quelques livres écrits par Gilles Clément :

Le dernier en date est un roman, Le grand B.A.L, publié en mai 2018 aux éditions Actes Sud. Vous pouvez également lire Un grand jardin (2016), aux éditions Cambourakis ou bien Le jardin en mouvement (Sens&Tonka, 2017).

Avis sur : Gilles Clément, jardinier amoureux des friches et de la liberté

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail