X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez créer un carnet personnel où vous pourrez archiver vos recettes, vos articles, vos belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

A lire et à relire

Logo MQA

Les Imposteurs du bio

Les réseaux de distribution spécialisés et les labels privés offrent le plus de sécurité.

Les imposteurs du bio

Paru le 19 janvier 2021

Ecrit par Déborah

Date de publication : 07/10/2020

Prix : 19 €

Editeur : Flammarion

Les produits bio sont-ils pour la santé et la planète ? Pas nécessairement si l’on en croit Christophe Brusset, l’auteur de Les Imposteurs du bio. Selon lui, « des tas de produits de mauvaise qualité au bilan carbone catastrophique et qui exploitent la misère humaine arborent les logos AB et Eurofeuille ».

Pour les consommateurs qui veulent juste réduire leur exposition aux pesticides et aux additifs les plus controversés, explique-t-il, acheter du bio en supermarché, et le moins cher possible, est une bonne démarche. Cela permet d’améliorer son alimentation et contribue au développement du bio.

Mais les labels actuels sont insuffisants. Ils ne prennent pas en compte le bilan carbone des productions, ne limitent pas la taille des exploitations, ne favorisent pas les exploitations à taille humaine ou familiale. Ils permettent la production du bio et du conventionnel dans la même structure. Ils ne prennent pas en compte les critères sociaux. Ils ne limitent pas non plus assez la culture sous serres, ils ne contrôlent pas suffisamment la bonne utilisation des ressources et la gestion des déchets, ils ne limitent pas la productivité par hectares, etc.

Pour l’auteur, ces labels officiels doivent donc être considérés comme un minimum.  » Il faut privilégier les réseaux de distribution spécialisés et les labels privés, plus exigeants, comme Bio Cohérence, Biopartenaire ou Nature & Progrès« , estime-t-il. II appartient aussi « aux consommateurs de faire pression sur les décideurs politiques pour les faire progresser ».

Avis sur : Les Imposteurs du bio

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société