X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Guide pratique écologique

Logo MQA

Guide pratique : tout savoir sur les jardins partagés

Nos questions-réponses pour tout comprendre sur les jardins partagés.

crédits: Fabien Cambi

Paru le 31 août 2021

Ecrit par Mathieu

Jardin partagé, Paris Xème
Jardin partagé, Paris Xème – crédits : Yves Cosentino

 

Qu’est-ce qu’un jardin partagé ?

C’est un jardin créé et géré en commun par les habitants d’une ville ou d’un quartier, regroupés sous forme d’association. Achat des outils, semis, entretien, récoltes, mais aussi animation du lieu : les membres du jardin partagé s’occupent de tout.

Les jardins partagés naissent souvent sur des terrains laissés vides par les municipalités : friches, espaces non constructibles, terrains en attente de projet immobilier…

Il ne faut pas confondre les jardins partagés avec les jardins familiaux, découpés en parcelles gérées séparément.

Qu’est-ce qu’on y cultive ?

Tout ce que vous voudrez ! Légumes, fruits, fleurs, herbes aromatiques… Tant que ce sont des cultures en accord avec le climat local, et ne nécessitant pas d’entretien excessif.

Quel est l’intérêt d’un jardin partagé ?

Souvent urbains, les jardins partagés permettent à des citadins de retrouver le plaisir de mettre les mains dans la terre. Les jardins sont en général animés par des valeurs écologiques, comme l’a montré une enquête auprès de membres de jardins partagés : on y découvre la culture sans pesticides, la permaculture, le paillage…

C’est aussi – et surtout – un vecteur de lien social. Le jardin est une occasion de se retrouver entre habitants d’un même quartier. On peut aussi trouver dans les jardins des vertus pédagogiques. Nombreux sont ceux qui accueillent les écoles pour une sortie “nature” hebdomadaire ou mensuelle.

Il existe aussi des jardins solidaires, qui emploient des travailleurs en insertion et redistribuent les récoltes à des associations.

Comment ça se passe ?

Les membres de l’association fixent des horaires d’ouverture du jardin. Ensuite, libre à chacun de venir s’occuper des cultures quand il veut, comme il veut. Certains jardins sont très organisés, avec des tâches clairement réparties entre les membres ; d’autres fonctionnent selon la volonté de chacun. Si on ne veut s’occuper que du basilic, on peut ; si on veut seulement arroser les plantes après le travail, on peut aussi.

Est-ce que je peux garder les légumes récoltés ?

Cela dépend des associations : si le volume de récoltes le permet, alors souvent les adhérents repartent avec un sac rempli. Mais vu la taille souvent restreinte des jardins, l’objectif n’est pas forcément de récolter des tonnes de légumes. En général, les récoltes sont mises en commun et partagées avec les habitants lors d’un événement spécial. Par exemple, au jardin des Haies partagées à Paris 20ème, on goûte les légumes récoltés et cuisinés par les membres lors de la Fête des jardins, en septembre.

Et à part le jardinage, que fait-on dans un jardin partagé ?

Qui dit lieu partagé, dit lieu convivial. Les associations organisent souvent des rencontres, des après-midi festifs, des animations pour les enfants. Certains jardins ouvrent leurs portes le dimanche après-midi pour profiter d’une journée nature en pleine ville, autour d’un thé ou d’un café.

Pour les habitants du quartier non membres, c’est aussi là qu’on trouve un bac à compost ouvert à tous. 

Quels peuvent être les inconvénients de cette pratique?

Il s’agit d’initiatives parfois portées par des non-spécialistes en jardinage. Ainsi, on peut, au sein d’un jardin, se retrouver entre novices, et être rapidement limité par l’absence de savoir-faire de chacun.

Autre (petit) défaut : les parcelles rendues disponibles par les municipalités sont petites. Les quantités cultivées restent ainsi infimes, et ne permettent pas aux adhérents de changer leur mode d’alimentation grâce au jardin. Mais pour cela, il y a les Amap.

Il faut s’engager ?

Comme dans toute association, il faut payer une adhésion à l’année, souvent autour de 10 à 20€. Et au quotidien, chacun s’investit comme il veut.

Comment trouver un jardin partagé près de chez soi ?

Toutes les grandes villes et villes moyennes ont des dizaines de jardins partagés, regroupés au sein de réseaux régionaux. Vous pouvez en retrouver la liste ici, région par région.

Sinon, les sites des mairies recensent pour la plupart les jardins partagés existant sur leur territoire.

Avis sur : Guide pratique : tout savoir sur les jardins partagés

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Sondage

Quel type de vélo avez-vous ?

Loading ... Loading ...

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société