Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Guide pratique écologique

Logo MQA

Comment bien choisir ses oeufs ?

Comment bien choisir ses oeufs?

Paru le 3 avril 2012

Ecrit par Mon quotidien autrement

Pour consommer des œufs sains produits sans faire de casse auprès des poules, il faut être vigilant.

Ne pas se fier aux emballages

75% des œufs vendus dans l’Union européenne proviennent d’élevages en batterie. Gare alors aux allégations des emballages type « œufs de basse-cour » ou « de ferme », qui sous-entendent que les œufs proviennent de poules élevées au grand air. Idem pour les mentions « frais » et « extra-frais » qui indiquent uniquement les dates de pontes des œufs et rien d’autre !

Décrypter la coquille:

Depuis 2004, sur chaque œuf circulant dans l’UE, apparaît les initiales du pays d’origine (FR pour France). Avant ces lettres, un chiffre, compris entre 0 et 3, indique les conditions de vie de la pondeuse.

3 : des oiseaux en cage

On vous déconseille vraiment d’acheter des œufs avec ce marquage. La catégorie « 3 » est celle de l’élevage en batterie. Les poules vivent en cage et n’en sortent pas. Ni bon air frais, ni lumière du jour pour elles. 16 poules se partagent un mètre carré. Chaque poule a donc un espace équivalent à une feuille A4. Elles n’ont même pas la place d’étendre leurs ailes.

2 : des gallinacées au sol

C’est un peu mieux, mais c’est loin d’être la panacée. Ces poulettes ne sont pas en cage et ont un peu plus d’espace. Elles sont 9 par mètre carré, soit deux feuilles A4 par poule environ. Elles restent cependant enfermées en permanence.

1 : des poules en plein air

Les œufs de catégorie « 1 » ont également été pondus par des volailles partageant un mètre carré avec huit autres de leurs congénères. Par contre, elles ont accès à l’extérieur, où elles peuvent gratter le sol, se frotter dans la poussière… Dehors, elles ont accès à un espace d’un mètre carré pour 4 poules.

0 : des oeufs bio

Le bio va un peu plus loin : à l’intérieur, les gallinacées sont 6 par m2 (et 4 par m2 dehors). Et leur nourriture est issue à 95 % de l’agriculture biologique.

Le bio va-t-il assez loin ?

Même en achetant des œufs de catégorie « 0 », on ne peut être assuré du bien-être des poules. Elles ont certes accès à l’extérieur, mais rien ne garantit qu’il y ait des arbres, de l’herbe, des haies… Les poules profiteront peu d’un terrain entièrement nu. Élevage bio ne signifie pas non plus petit élevage. Et les conditions de vie sont bien meilleures dans les élevages où les volatiles ne se comptent pas par milliers. Malheureusement, c’est très souvent le cas, avec les œufs vendus en grande surface.

Par ailleurs, avant de les envoyer dans un endroit réservé à la ponte, les poules pondeuses sont sélectionnées à la naissance. Quel que soit le mode d’élevage pour la ponte, les poussins mâles sont gazés ou broyés. Quant aux poussins femelles, on leur coupe souvent le bec juste après l’éclosion.

Enfin que l’œuf soit étiqueté 0, 1, 2, 3, les poules sont envoyées à l’abattoir après un an de ponte.

Quelles alternatives ?

  • Vous avez peut-être la chance d’habiter à proximité d’une ferme qui élève ses poules correctement et qui vend ses œufs.
  • Si vous devez faire vos courses en magasin, privilégiez des œufs bios, même si ce n’est pas la panacée.
  • Vous pouvez aussi réduire votre consommation d’œufs. Par exemple, faire une mayonnaise avec des avocats ou en acheter une à base d’algues. Sur Mon Quotidien Autrement, on vous propose plein de recettes sans oeufs.
  • Si vous avez un jardin suffisamment grand, pourquoi ne pas adopter quelques poules ? Suivez notre guide car l’affaire n’est pas si simple.

 

Avis sur : Comment bien choisir ses oeufs ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail