X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Tourisme de masse : comment protéger les sites naturels

Sensibilisation, démarketing et quotas.

Sur son site, le parc national des Calanques affichent des photos de plages bondées.

Paru le 5 octobre 2021

Ecrit par Déborah

Détritus jetés par terre, files de voitures pour accéder aux sites, cueillette intempestive… Le tourisme de masse peut avoir des impacts désastreux. Alors, certains sites en France tentent de mettre en place des mesures afin de protéger ces lieux qui attirent chaque année les visiteurs par milliers :

Mieux communiquer sur les bonnes pratiques

Dans le parc des Écrins, le nombre de touristes a beaucoup augmenté depuis la fin du confinement. Mais cet afflux de visiteurs, pas toujours rompus aux gestes à adopter pour profiter de la nature sans la détériorer, s’est accompagné d’une hausse des incivilités. Les gestionnaires du parc ont donc décidé de lancer une campagne de communication pour promouvoir les bonnes pratiques : ne pas s’approcher des chiens de troupeaux, ne pas faire de feu, ne pas jeter de détritus… Pour porter le message, deux canaux sont privilégiés : Instagram, où de nombreux néo-randonneurs trouvent leurs destinations. Mais aussi sur place, où des gardes seront présents pour faire de la sensibilisation.

Limiter la circulation automobile 

Dans le Vercors, le parc national veut par exemple interdire l’accès du haut du site aux voitures, et les remplacer par des navettes. 

Ne pas géolocaliser les destinations sur Instagram

Certaines photos paradisiaques postées par des influenceurs sur Instagram attirent par la suite les touristes en masse. Pour éviter ce phénomène, WWF France a lancé en 2019 l’opération « I protect nature » sur le réseau social. Le principe : plutôt que d’indiquer le lieu où le cliché a réellement été pris, WWF propose aux utilisateurs d’Instragram de renseigner « I protect nature », lieu factice disposant d’une géolocalisation unique.

Lancer une campagne de démarketing

C’est l’idée originale qu’a eu le parc des Calanques pour limiter l’afflux de touristes : relayer des images de plages bondées ou de routes d’accès embouteillées. Cette mesure s’accompagne d’autres décisions comme la communication en temps réel du nombre de personnes présentes sur certains sites pour inciter les autres visiteurs à rebrousser chemin ou encore l’interdiction des mouillages dans certaines calanques.

Mettre en place des jauges 

C’est encore rare en France. Mais le parc de Calanques devrait s’essayer aux quotas, à partir de 2022, grâce à un système de jauge avec réservations en ligne. De même, l’île de Porquerolles va mettre en place une jauge pour limiter la surfréquentation durant une vingtaine de jours en été.

 

Avis sur : Tourisme de masse : comment protéger les sites naturels

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société