Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

En Suède, les déchets, on en redemande !

Une décharge devient une mine d'or

En Suède, les déchets, on en redemande !

Paru le 21 mars 2016

Ecrit par Mon quotidien autrement

La Suède importe des déchets. Si, on vous assure, elle va frapper à la porte de ses voisins pour chercher ce qu’ils rejettent. Étrange, alors que la plupart des pays aimeraient justement se débarrasser de leurs poubelles.

Le secret de la Suède pour supprimer ses déchets

La Suède est championne du recyclage. Seul 1 % de ses déchets finit dans une décharge à ciel ouvert. Alors qu’en Europe, la moyenne est de 38 %.

Le pays produit pourtant son lot d’ordures : environ 460 kg par personne et par an. C’est un peu moins que la moyenne européenne (480 kg) et moins que la France et ses 530 kg, mais ce n’est tout de même pas rien.

Mais alors, comment se débrouille la Suède? Le pays a fait de gros efforts depuis les années 1970, où seuls 38 % des déchets des ménages étaient recyclés. Aujourd’hui, les Suédois font le tri ! Les journaux d’un côté, le plastique de l’autre. On trie aussi séparément le métal, le verre, les appareils électriques, les ampoules, les batteries, les détritus alimentaires.

Quand les ordures produisent de l’électricité

36 % de ces déchets sont recyclés. 14 %, compostés. Et près de 49 %,  incinérés. C’est là le secret des Suédois. A titre de comparaison, la moyenne européenne des déchets incinérés est de 22 %. Cette combustion a l’immense avantage de générer assez d’énergie pour approvisionner l’équivalent de 250 000 logements en électricité et 950 000 en chauffage urbain, soit l’équivalent de 40 % des besoins urbains du pays. On l’oublie souvent mais trois tonnes de déchets peut produire la même quantité d’énergie qu’une tonne de pétrole.

Petit bémol, cette combustion génère une grande quantité de cendres. Mais là encore, les Suédois ont pris le problème à bras le corps. Les restes de métal sont extraits de la cendre et recyclés. Quant aux restes de porcelaine ou de tuile, ils sont tamisés pour en extraire le gravier et l’utiliser pour la construction de routes.

A Stockholm, les bus carburent aux eaux usées

En fait, le pays vient même à manquer de déchets par rapport à ses capacités d’incinération. D’où l’importation ! La Suède fait venir environ 800 000 tonnes de déchets par an, surtout en provenance de la Norvège. Le pays doit toutefois faire attention aux émissions polluantes produites par ces incinérations. Des réglementations strictes ont été instaurées et les émissions ont ainsi chuté de 90 % depuis le milieu des années 1980.

Et preuve que les Suédois sont ingénieux en matière de recyclage des déchets, à Stockholm, les autobus roulent grâce aux eaux usées de la ville. Constituées en grande partie de déjections, les eaux sales d’environ un million d’habitants sont fermentées dans une usine pour produire du biogaz, qui est ensuite utilisé comme carburant. De quoi nous donner des idées.

Avis sur : En Suède, les déchets, on en redemande !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail