Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Le point sur

Logo MQA

Six bonnes nouvelles

Climat, écologie, animaux... Voici six bonnes nouvelles pour finir l'année 2020 en beauté !

Le Jura enneigé

Paru le 22 décembre 2020

Ecrit par Elsa de Mqa

Ne laissons pas la crise sanitaire entamer notre humeur… Ou du moins, essayons ! Pour vous remonter le moral avant les fêtes, Mon Quotidien Autrement a sélectionné six bonnes nouvelles pour finir l’année 2020 en beauté, et pour bien la commencer.

CO2 en baisse

Les émissions mondiales de CO2 « fossile » devraient diminuer d’environ 2,4 milliards de tonnes en 2020 (-7%), une baisse record, selon le bilan mondial du carbone 2020 publié le vendredi 11 décembre et réalisé par le Global Carbon Projet. Cette diminution est liée aux mesures de confinement et porte les émissions mondiales de CO2 « fossile » à 34 milliards de tonnes de CO2. « La baisse des émissions mondiales de CO2 « fossile » en 2020, l’effet émergent des politiques climatiques mises en place au cours des années passées, les engagements nets zéro des pays responsables de plus de 60 % des émissions globales, et les plans de relance économique offrent une occasion unique de rompre définitivement avec la croissance à long terme des émissions et de commencer à les réduire », écrivent les auteurs.

Ne nous réjouissons pas trop vite : « Cette baisse est trop faible pour avoir un quelconque impact sur la concentration de CO2 dans l’atmosphère », précise Philippe Ciais, l’un des chercheurs du Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE) ayant participé au rapport, interviewé par 20 minutes. Bon, c’est tout de même une bonne nouvelle, on vous jure : « Cinq ans après l’adoption de l’Accord de Paris, la croissance des émissions mondiales de CO2 commence à s’essouffler, souligne l’étude. Entre 2010 et 2019, elles ont diminué de manière significative dans 24 pays dont l’économie est restée en croissance. »

Un air plus pur à Londres

Le taux de dioxyde d’azote – gaz polluant émis notamment par les moteurs des voiture – a diminué de 44 % en trois ans à Londres, selon un rapport rendu en octobre. Selon le Guardian, journal anglais qui a décortiqué le rapport, on peut dire merci à la Ville qui s’est lancée dans une politique agressive de limitation de la circulation. Le but : que les Londoniens arrêtent d’utiliser leur voiture, et ce, grâce à l’extension de la “zone à ultrabasse émission” — auparavant limitée au centre-ville de Londres. « À compter du 25 octobre 2021, explique le journal, toutes les voitures à essence ne respectant pas les critères Euro 4 – les véhicules vendus avant 2006 – ainsi que la plupart des véhicules diesel achetés avant 2015 devront payer 12,5 livres [13,7 euros] par jour, y compris pour un déplacement d’un kilomètre.»

Un arbre centenaire sauvé au Kenya

Un majestueux figuier centenaire, qui domine une portion de Waiyaki Way à l’ouest de Nairobi, devait être abattu pour faire place à une autoroute. Mais, comme l’explique la BBC Afrique, « au Kenya, certains membres de la communauté Luhya, dans l’ouest du Kenya, comme les Maragoli, vénèrent le « mukumu » ou figuier ». Traditionnellement, ses larges branches touffues sont utilisées comme salle d’audience où étaient jugées les affaires de la cité et tranchées par les anciens.» La mobilisation d’activistes écolos et d’habitants a permis de sauver l’arbre de la coupe.

Une ville donne la citoyenneté aux arbres et aux abeilles

Curridabat, une ville costaricaine surnommée la « ville douce » (ciudad dulce), vient d’offrir la citoyenneté aux arbres, plantes, abeilles et autres insectes pollinisateurs. « Le plan de convertir chaque rue en un biocorridor et chaque quartier en un écosystème requiert une relation [entre nous] et la faune et la flore», explique le maire Edgar dans le Guardian. Comme l’écrit un rapport de CCI France Costa Rica, ce petit pays abrite 5% de la biodiversité mondiale et 3,5% des espèces marines connues. Presque 25 % du pays est classé en zone protégée !

Des palmiers ressuscités

A partir de graines de palmiers dattiers disparus (Phoenix dactylifera) vieilles de 2.000 ans, les scientifiques sont parvenus à faire pousser six petits palmiers dans l’espoir d’en récolter un jour les dattes. « Les palmiers obtenus aujourd’hui pourraient également fournir de précieuses informations sur la manière dont ces végétaux parviennent à préserver leur ADN si longtemps, même après plusieurs milliers d’années, explique Sciences et Avenir.

Le castor de retour en Camargue

Le castor revient dans le delta de Camargue, dans le Parc naturel régional où on ne l’avait pas vu depuis quarante ans. L’espèce, presqu’éteinte au début du XIXe siècle car trop chassée, a survécu seulement dans le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône. « Il a trouvé ici des conditions favorables à sa présence : canal d’eau douce à faible courant et faible pente, berges boisées en bon état avec des salicacées (comme les saules) et une grande quiétude, rapporte l’OFB, l’Office de la biodiversité.

 


Crédit Flickr Jura

Avis sur : Six bonnes nouvelles

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail