X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

L'info

Logo MQA

Inaction climatique : 5 ministres visés par une plainte

Les militants les accusent de s'être "abstenus volontairement" d'agir pour lutter contre le "sinistre".

Sécheresse. Crédit : Pixnio

Paru le 29 juin 2021

Ecrit par Elsa de Mqa

C’est une première ! Une plainte à la Cour de justice de la République vise cinq ministres. Leur méfait : l' »inaction » climatique.

Les plaignants ? Les militants écologistes Camille Étienne et Cyril Dion ainsi que l’eurodéputé Pierre Larrouturou.

Les coupables ? Le Premier ministre Jean Castex et quatre ministres : Barbara Pompili (Écologie), Bruno Le Maire (Économie) et les ministres délégués Jean-Baptiste Djebbari (Transports) et Emmanuelle Wargon (Logement).

Les militants accusent les politiques de s’être « abstenus volontairement » d’agir pour lutter contre le « sinistre » du réchauffement climatique. Dans leur plainte de 68 pages, ils listent les dégâts : hausse des émissions de gaz à effet de serre,  déforestation au Brésil, inondations dans le Var en 2020, vignes gelées en 2021, canicules, sécheresses mondiales…

« Pourquoi les ministres continuent-ils à agir de façon ridiculement faible ? »

« En 100 ans seulement, nous avons réussi à détraquer un système qui oscillait depuis plus de 800.000 ans autour de son point d’équilibre ! », écrivent-ils. « Pourquoi les ministres qui sont aujourd’hui chargés de la lutte contre la pollution et de la lutte contre le dérèglement climatique continuent-ils à agir de façon ridiculement faible ? Le dérèglement climatique fait plus de 100 000 morts par an et va en s’accélérant. Leur inertie est criminelle. »

Le détricotage des mesures proposées par la Convention citoyenne pour le climat reste en travers de la gorge des militants. Le projet de loi climat devait contenir des mesures permettant d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990). Las, malgré les promesses, seules 10 % des propositions ont été reprises par le gouvernement.

Le recours à la justice, une stratégie militante en vogue

Les militants ont créé un site pour soutenir leur plainte : justicepourleclimat.fr. Que va donner cette plainte ? Elle sert surtout de sonnette d’alarme. Car la Cour de justice de la République a reçu plus de 1 500 plaintes depuis sa création en 1993. Et a jugé… sept affaires.

Le recours à la justice pour faire bouger les politiques sur leur inaction climatique est une stratégie militante de plus en plus utilisée. Le 3 février 2021, le tribunal administratif de Paris avait reconnu le préjudice écologique commis par l’État français (mais avait refusé toute réparation). L’État avait en effet été attaqué par un collectif d’ONG environnementales : l’Affaire du siècle.

Avis sur : Inaction climatique : 5 ministres visés par une plainte

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société