Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

A découvrir

Logo MQA

Petite histoire des bals populaires

En France, « tout finit par des chansons », disait Beaumarchais.

Petite histoire des bals popus

Paru le 19 août 2011

Ecrit par Mon quotidien autrement

Chanter et danser dans les rues, c’était, pour le peuple, occuper le haut du pavé. Et depuis longtemps, il le fait spontanément. Les bals publics d’aujourd’hui restent un espace de liberté où chacun peut aller danser, boire et s’amuser, ou faire des rencontres d’un soir. Sous les lampions du 14 juillet, sur les places de village et dans les casernes des pompiers, au 104 -dernier lieu branché de la capitale- , comme dans les salles des fêtes du Pas de Calais avec leurs incroyables bals country: tout le monde danse !

Musiciens et marchands ambulants

Les villes anciennes ont longtemps résonné du fameux « chant de rue », cette musique colportée par les musiciens et les marchands ambulants. Ca a commencé au Moyen-Age, sur les places des cathédrales, avec les jongleurs et les baladins, puis il y a eu ces spectacles permanents sur les ponts de Paris. L’apogée des bals populaires parisiens remonte au XVIIème siècle, avec la foire Saint-Germain et la foire Saint-Laurent. La Révolution se déroulera au son des orchestres et des chansons, et la jeune République enchaîne avec les fêtes dansantes.

Goguettes au fil de l’eau

Sous la Restauration, naissent les goguettes le long de la Marne et de la Seine. On dansera dans ces bals musette jusqu’à la veille de la deuxième Guerre mondiale.Tout au long du XIXème siècle, à Paris, les bals de Montmartre, ceux des Champs Elysées ou de l’Opéra ont ouvert au peuple de la capitale, les promenades et les nuits lors des bals démocratiques, et bals progressistes. Sous la IIIème République, le 14 juillet devenu fête nationale, les orchestres faisait danser les foules en liesse.

Cafés-concerts des années folles

Ont suivi les café-concerts des années 1900, et les pas de danse esquissés sur les trottoirs au son des orgues de Barbarie. En 1936, avec le Front populaire, les Français se sont mis à chanter et danser jusque sur leurs lieux de travail. L’accordéon et les banjos résonnant dans les cours d’usine.

Avis sur : Petite histoire des bals populaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail