Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

Féministe et écolo : pas si simple

Le zéro déchet et le fait maison vont-ils à l'encontre de l'émancipation des femmes ?

Quand on le fait soi-même, c'est meilleur pour l'environnement. © Instagram Troisième Journée

Paru le 14 janvier 2020

Ecrit par Déborah

Les femmes y consacrent 3 heures et 26 minutes par jour. Les hommes, seulement 2 heures (selon l’Insee, données 2010). Ménage, cuisine, course, soins aux enfants… trop souvent, c’est encore l’emploi du temps des femmes qui trinque. Et plus une tâche domestique est considérée comme rebutante, plus ce sont les femmes qui auront tendance à s’en charger dans un couple hétérosexuel, précise aussi un rapport de 2012 de l’Institut de la statistique.

A ce désolant constat, viennent se greffer des préoccupations écologiques de plus en plus saillantes, une volonté de réduire ses déchets au quotidien et d’offrir des produits les plus naturels possible à ses enfants et à soi-même.

Le zéro déchet : une affaire de femmes ?

Sauf que faire son shampoing solide, préparer sa propre lessive, cuisiner ses biscuits plutôt que de les acheter, adopter les couches lavables… tout cela reste encore avant tout une histoire de femmes. Flore Berlingen, la directrice de Zero Waste France le confirme dans Novethic : « On constate que les femmes sont plus investies que les hommes dans le zéro déchet en tant que mode de vie. […] Sur les réseaux sociaux, dans nos ateliers et formation, il y a clairement beaucoup plus de femmes. »

Peut-être car, comme le montre une étude du Pew Reasearch Center menée en 2015 dans onze pays (dont l’Allemagne, la Corée du Sud, les Etats-Unis ou encore le Canada),  les femmes sont plus préoccupées par le changement climatique et se sentent plus concernées personnellement. Peut-être aussi parce que les femmes reçoivent encore une éducation les incitant davantage que les hommes à prendre soin des autres et de la planète. Elle sont plus dans le « care », selon cet anglicisme à la mode.

Après la charge mentale, la charge environnementale ?

À la charge mentale qui pèse sur les femmes, vient donc s’ajouter une pression supplémentaire : un impératif à manger écolo et bio, à moins gaspiller, à choisir le « fait maison ». Un écologiquement correct qui peut se transformer en réelle charge morale.

C’est d’ailleurs ce que dénonce la journaliste belge Marine Ghyselings via le compte Instagram Troisième journée. Un nom qui fait référence à la double journée (professionnelle et domestique) des femmes, à laquelle il faut donc en rajouter une troisième, visant à réduire l’empreinte écologique.

Allier émancipation des femmes et écologie

Est-il donc impossible d’être féministe et écolo à la fois ? Impossible non. Cependant, pas sûr que la tâche soit aisée. La députée Verte au Grand Conseil vaudois, Léonore Porchet, résume bien la difficulté  dans le magazine suisse Fémina : « Mon problème, c’est que 75% des tâches domestiques sont assumées par des femmes. La surcharge vient du système profondément inégalitaire, pas de l’écologie.»

Il s’agit alors, pour la journaliste Titou Lecoq, qui a publié Libérées, en 2017, d’inventer un nouveau « vivre ensemble » : « La nécessité de modifier profondément nos modes de vie pour être plus éco-responsables doit passer par une réorganisation des tâches dans les couples, affirme-t-elle dans We Demain. Il ne faut pas se baser sur des impressions mais noter et quantifier ce que chacun fait dans la maison pendant une semaine, deux semaines, voire un mois. Et puis, il faut se mettre autour d’une table et en discuter. Vivre ensemble, c’est ça. » L’auteur suggère de travailler à cette nouvelle répartition des tâches dès le plus jeune âge, à l’école, via l’instauration de cours d’éducation ménagère obligatoires, pour les filles, comme pour les garçons.

Un peu plus loin dans l’article de Fémina, Dominique Bourg, professeur d’écologie à l’Université de Lausanne, prône un profond changement : «L’écologisation de la société, ça n’est pas le retour un peu nauséabond à la tradition, qui ferait plaisir à certains courants politiques. C’est préserver les rares acquis intéressants de la modernité, comme les droits des femmes. L’avenir doit être envisagé comme une sorte de bouleversement anthropologique, comme l’occasion d’inventer une société dans laquelle on se passe d’esclaves énergétiques [ndlr: des instruments qui font les choses à notre place et qui polluent], sans tomber dans une société inégalitaire. Il va falloir se réinventer ! »

Avis sur : Féministe et écolo : pas si simple

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les commentaires :

Il faut aussi se réinterroger sur les différences d’organisation du temps entre hommes et femmes. Si les femmes s’occupent plus des enfants par exemple, au delà des raisons culturelles, il faut dire que tout est fait pour cela : le congé maternité donne les mauvaises habitudes dès la naissance. Il faudrait pour éviter ce biais un rallongement significatif du congé paternité pour que les bonnes habitudes soient prises dès le début

Chaque semaine dans votre boîte mail