Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Facebook

Twitter

Comprendre en 1 minute

Logo MQA

Bye bye le parabène ?

Notre enquête sur ce mystérieux conservateur

Bye bye le parabène ?

Paru le 21 juillet 2014

Ecrit par Mon quotidien autrement

Méthylparabène, éthylparabène, propylparabène, butylparabène… Que de termes barbares. Faudrait-il s’en méfier ? La famille des cosmétiques bio revendique depuis longtemps la garantie “sans parabène”, au point que les grandes marques conventionnelles se sont également mises à exclure ces conservateurs des shampooings, crèmes et autres démaquillants. En cause : leurs conséquences supposées sur la santé des utilisateurs. Fantasme, réalité ? Les agents conservateurs en veulent-ils à nos capacités reproductrices, à notre santé, à notre système immunitaire ? Savez-vous par exemple que l’on trouve le méthylparabène naturellement dans les myrtilles ? On démêle les idées reçues.

“Les parabènes ne servent à rien”

FAUX. Les parabènes sont des conservateurs à propriétés antibactériennes et antifongiques, permettant de neutraliser bactéries, champignons et moisissures, qui peuvent se multiplier dans les cosmétiques (les mélanges eau-huile sont particulièrement propices à la prolifération) mais également les yaourts, les boissons et les pâtisseries.Un produit sans parabène devrait donc en théorie être conservé moins longtemps, à cause des risques de prolifération bactérienne. Pour compenser, les industriels remplacent parfois les parabènes par de l’alcool, des huiles essentielles ou d’autres substances, plus allergènes et moins efficaces. Si vraiment, vous voulez à tout prix les écarter, un produit sans parabène protégé par un flacon pompe sera plus sûr qu’un pot exposé à tous les germes.

“Les parabènes favorisent l’apparition de cancers”

ON NE SAIT PAS. Une étude britannique du professeur Philippa Darbre avait secoué la communauté scientifique en 2004 en démontrant la forte corrélation entre la présence de parabène et le déclenchement du cancer du sein à cause d’un supposé effet “œstrogénique”. Certes, sur 20 échantillons de tumeurs cancéreuses, 18 contenaient des traces de parabènes. Mais la rigueur de l’étude a depuis été remise en question et le lien n’a jamais été unanimement reconnu. Le Comité scientifique de l’Union européenne a même formellement établi en 2005 que la corrélation n’existait pas.

“Les parabènes perturbent le système endocrinien”

PEUT-ETRE. Le problème viendrait essentiellement du fait que les parabènes possèdent une structure moléculaire “à chaîne longue”, proche de celle des œstrogènes. En 2005, une étude coréenne mettait en évidence une corrélation entre parabènes et divers dérèglements hormonaux, maladies ou malformations chez la femme et son bébé. Là encore, le Comité scientifique de l’Union a relativisé ces conclusions : le méthyl et l’éthylparabène ne seraient pas dangereux. L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) est d’ailleurs sur cette ligne. Pour les autres parabènes, difficile de trancher : la concentration dans les aliments, où ils sont autorisés, y est plus forte que dans les cosmétiques, ce qui a priori inciterait à nous rassurer…

“Les parabènes sont liés aux allergies répétées”

NON. Les concentrations sont en général faibles, et très réglementées depuis la loi de 1976 qui restreint fortement leur utilisation, et les cas d’allergie très rares.

Que vous décidiez de les écarter de votre vie ou non, les parabènes avancent de toute façon masqués. Sur les étiquettes, ils sont en effet souvent nommés par leur nom scientifique, et barbare ! Les produits certifiés bios n’en contiennent plus depuis 2009, même si d’autres conservateurs synthétiques moins agressifs restent autorisés. A noter toutefois, un certain effet intox : parfois, les marques revendiquent fièrement le “No Paraben” alors que leur utilisation serait totalement superflue.

Avis sur : Bye bye le parabène ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail