Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

A découvrir

Logo MQA

Et si on s’éclairait durable?

La coopérative Enercoop propose une électricité issue à 100% d'énergies renouvelables. Et ce n'est pas son seul atout.

Et si on s'éclairait durable?

Paru le 8 juin 2012

Ecrit par Mon quotidien autrement

C’est la cousine excentrique dans la famille des fournisseurs d’électricité. Suprême bizarrerie, Enercoop garantit une électricité 100% renouvelable, de l’éolien à l’hydraulique, en passant par le photovoltaïque et le biogaz. Une alternative crédible à EDF ?

Une énergie verte

L’histoire commence en juillet 2004, lorsque la France ouvre le marché de l’électricité à la concurrence. Pour Patrick Behm, dirigeant et fondateur d’Enercoop, l’initative est née de deux constats. « Nous avons un retard considérable en terme d’énergies renouvelables par rapport à d’autres pays européens, comme l’Allemagne, alors que notre climat, par exemple, est plus favorable. La France a fait un choix fort, celui de l’électronucléaire, regrette-t-il. Par ailleurs, la politique énergétique a échappé au débat citoyen, sûrement parce qu’elle est issue du nucléaire, donc de la Défense. Nous ne voulions plus d’un mastodonte opaque ».

Un modèle coopératif

Du coup, c’est une entreprise un peu particulière qui voit le jour : Enercoop est une Scic, ou Société coopérative d’intérêt collectif, régie par le principe fort démocratique de « une personne égale une voix » et dont tous les bénéfices sont réinvestis. Le but : distribuer de l’énergie verte générée par des producteurs indépendants.

Le profil des producteurs est très varié : des particuliers, qui ont installés de petites éoliennes dans leurs champs ventés pour améliorer leurs revenus, des professionnels de l’hydroélectrique… Enercoop achète même de l’électricité à la commune de Loos-en-Gohelle dans le Nord, où des panneaux photovoltaïques sont placés sur le toit de l’Eglise!

Alors bien sûr, quand vous allumez votre lampe de chevet, ce n’est pas avec de l’électricité éthique puisqu’il n’y a qu’un réseau de distribution en France. Mais le prix que vous payez correspond à autant d’électricité propre produite.

Deux obstacles: la production et le prix

Le hic, c’est que le fournisseur écolo est en perpétuelle recherche de nouveaux producteurs. Il est obligé d’acheter une grande partie de l’électricité à une société hydraulique suisse. « On aimerait bien sûr que notre électricité soit plus locale« , admet Patrick Behm. Mais l’énergie propre produite en France est souvent achetée par EDF qui bénéficie de tarifs préférentiels.

La première critique brandie contre Enercoop est justement celle du prix, entre 20 et 30% plus cher que les autres fournisseurs, suivant l’isolation et les installations électriques de la maison, le tout sans heures creuses ni heures pleines. Selon eux, ce n’est pas tant eux qui sont plus chers, plutôt les autres qui le sont trop peu ! « Nos prix sont conformes à ceux qu’on trouve en Europe. On sous-paye l’électricité en France, explique le fondateur, le prix du tarif régulé donne l’impression d’une énergie peu chère. Mais ça ne correspond pas aux prix réels« . Et les fournisseurs privés, qui ont parié sur la fin des tarifs régulés, en payent les frais désormais en vendant de l’énergie moins chère qu’ils ne l’achètent.

Une « prise de conscience »

En tous cas, si la coopérative affronte bien des obstacles, l’accident de Fukushima a clairement « accéléré une prise de conscience, explique Patrick Behm. Le nombre de contrats a doublé. Depuis un an, l »effet Fukushima’ commence à se calmer un peu, mais ça nous a permis de passer un palier. » Au-delà de l’énergie propre, la coopérative a aussi à coeur de prôner une « sobriété » énergétique. L’idée, c’est que si l’énergie était au juste prix, on en consommerait moins… Sur le site, ils expliquent comment réduire sa consommation de 20 à 50% avec des gestes simples.

Aujourdui, l’entreprise est à l’équilibre, et a quatre antennes en région (Rhône-Alpes, Nord-Pas de Calais, Champagne-Ardennes et Languedoc-Roussillon) et bientôt Paca et Bretagne. Mais, où que vous résidiez, vous pouvez acheter l’énergie verte d’Enercoop, et pour 100 euros (ou plus) en être sociétaire!

Avis sur : Et si on s’éclairait durable?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail