Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Comprendre en 1 minute

Logo MQA

Le gluten, ennemi public

Cette protéine présente naturellement dans certaines céréales est à bannir pour les intolérants au gluten... Et pour bien d'autres !

Le gluten, ennemi public

Paru le 14 janvier 2014

Ecrit par Mon quotidien autrement

C’est une guerre, voire une croisade, qui se mène contre le gluten. Passé d’inconnu – qui en avait entendu parler il y a cinq ans ? – à ennemi public n°1, c’est l’aliment à abattre. Les stars assurent qu’elles maigrissent à vue d’oeil, les sportifs comme Novak ou Djokovic font de sa disparition le gage de leur victoire… Mais devrions-nous tous nous en passer fissa?

Le gluten, qu’est-ce que c’est ?

Le gluten est présent dans le blé (froment, épeautre), le seigle, l’avoine, l’orge. C’est cette protéine présente naturellement dans ces céréales qui donne du volume et de l’élasticité aux pains et gâteaux. Les adeptes du « no gluten” tirent donc un trait sur pains, pâtes, pizzas, viennoiseries, mais aussi sur pas mal de plats préparés, vu que l’industrie alimentaire l’utilise pour donner du liant. Il existe bien sûr des « aliments naturellement sans gluten» comme les viandes, les poissons, les légumes, fruits, œufs, lait, riz, quinoa, tapioca, maïs et ses dérivés…

Qui est concerné ?

On peut développer une allergie au gluten ou une intolérance au gluten. Ce n’est pas la même chose. L’allergie au gluten est immédiate. La personne est en contact avec l’allergène et présente immédiatement des symptômes.

L’intolérance au gluten est une maladie auto-immune beaucoup plus sournoise. Lorsqu’on est intolérant au gluten, cela provoque une réaction immunitaire anormale, avec production d’anticorps dirigés contre les protéines du gluten mais aussi contre soi puisque ces anticorps vont également abimer la paroi intérieure de l’intestin grêle et réduire l’absorption de certains nutriments.On estime que l’intolérance au gluten (ou maladie cœliaque) concerne une personne sur 100 en Europe : c’est une des maladies digestives les plus fréquentes selon l’Afdiag, l’Association française des intolérants au gluten. En France, seuls 10 à 20% des cas seraient aujourd’hui diagnostiqués ! Seul remède pour cette maladie : un régime 100% sans gluten.

Quand doit-on s’inquiéter ?

Une grande partie des signes typiques de cette maladie sont donc des problèmes gastriques (avec diarrhée, amaigrissement…) Si votre enfant présente ces signes, est fatigué, triste, s’il présente un ralentissement de la croissance… Pensez à la maladie coeliaque !  Chez l’adulte comme chez l’enfant, les symptômes varient beaucoup d’une personne à l’autre, des douleurs articulaires à la fatigue et l’irritabilité en passant par les aphtes. C’est une maladie difficile à diagnostiquer car les symptômes sont très divers et apparaissent parfois des annés plus tard. La maladie peut même être asymptomatique! Renseignez-vous sur le site de l’Afdiag ou bien sur son homologue canadien, bien documenté. En cas de doute, une prise de sang (à la recherche d’anticorps spécifiques) déterminera si vous êtes atteint ou non.

Une véritable tendance… et un marché important.

Diagnostiquer puis soigner la maladie coeliaque, véritable maladie invalidante, en supprimant le gluten permet de redonner un confort de vie inestimable aux malades. Rien n’explique cependant l’explosion des régimes gluten-free, adoptés par votre cousine ou votre beau-fils, sous prétexte de manger sain ou de perdre quelques kilos. Il faut bien le dire : si vous enlevez le pain, les pâtes, les pizzas ou la bière de votre régime alimentaire, nul doute que vous perdez des kilos… gluten ou pas! La “no gluten attitude” est en passe de devenir une nouvelle obsession alimentaire. Pour Jean-Pierre Poulain, sociologue de l’alimentation, interrogé par l’Express « c’est d’abord un nouvel avatar de cette revendication des particularismes alimentaires (« Acceptez que je ne mange pas comme tout le monde ») qui gagne du terrain chez nous”. Selon une étude américaine menée par Packed Facts, le marché des aliments sans gluten aurait atteint 4,2 milliards de dollars en 2012 avec un taux de croissance annuel estimé à 28% entre 2008 et 2012. En France, le marché du sans gluten atteint 18,5 millions d’euros et a connu une croissance de 30% en 2012 (Symphonie IRI). Deux raisons sont mises en avant : les grandes et moyennes surfaces ont étendu leur offre, et les intolérants au gluten sont de mieux en mieux dépistés.

En savoir plus :

Pour en savoir un peu plus sur la maladie coeliaque, cliquez sur cet article de vulgarisation médicale
Pour mieux comprendre la différence entre allergie et intolérance au gluten, cliquez ici

Avis sur : Le gluten, ennemi public

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail