Menu

Nos rubriques

Recevoir notre newsletter

Nous ne communiquons pas votre adresse email.

Facebook

Twitter

Le point sur

Logo MQA

Ce que vous ne saviez pas sur les champignons

Vous vous rappelez des procès des sorcières de Salem ? Le coupable, c'était lui

Ce que vous ne saviez pas sur les champignons

Paru le 18 septembre 2016

Ecrit par Mon quotidien autrement

Vous ne vous intéressez pas assez aux champignons. Rendez-vous compte ! Ils sont tout de même à l’origine d’une quantité de choses très utiles : la bière, le fromage, la pénicilline…

  • Ce n’est ni un végétal ni un animal…

Vous vous êtes déjà demandé ce qu’étaient les champignons ? Il y a fort à parier que vous les classiez spontanément dans le groupe des végétaux. Pourtant, ils sont un règne à part, ni animal, ni végétal, mais fongique. Ils ont un petit air de plante, c’est vrai, mais ils se nourrissent de matières comme un animal. Si vous voulez vous la jouer intello, dites que les champis sont hétérotrophes, c’est-à-dire qu’ils sont incapables de synthétiser eux-mêmes leur propre matière organique, à la différence des plantes.

  • Ils sont partout !

Le nombre d’espèces recensées à ce jour est d’environ 70.000. Mais certains scientifiques estiment que les champignons sont cinq fois plus nombreux que les plantes. La grande majorité d’entre eux sont microscopiques, mais certains sont maousse. Le record mondial est détenu par «Armillaria ostoyae» dans les forêts de l’Etat d’Orégon aux USA. Sa surface de 900 ha, soit cinq fois Monaco, pour un poids estimé à 600 tonnes !  « Il peut être considéré comme l’organisme vivant le plus grand sur terre« , souligne l’Organisme national des forêts.

  • 70% des champignons de Paris viennent de Chine

Le champignon de Paris est l’espèce la plus consommée dans le monde mais n’a plus de parisien que le nom : 70 % de la production vient de Chine ! Et il ne reste que cinq champignonnistes en Ile-de-France contre plus de 300 en 1880.

  • Il est plus rock’n roll que vous ne le pensez…

Sous le nom de « feu sacré », de « feu St Antoine », de « feu St Marcel », de « Mal des Ardents », des épidémies ont décimé des milliers de personnes au Moyen Âge. La cause ? De la farine parasitée par un champignon, l’ergot de seigle. Les conséquences ? Des crises de démence, des convulsions, des hallucinations… Et pour cause, l’ergot du seigle produit de l’acide lysergique, un des composés du LSD ! Autres symptômes possibles : la nécrose des extrémités des membres, qui finissaient pas tomber… Glaçant. Le hic ? En 1692, incapable de connaître l’origine de ce terrible fléau, les habitants de Salem, une petite ville du Massachusetts aux Etats-Unis, ont pensé à la sorcellerie. Des femmes furent donc pendues et le véritable coupable, le champignon, non inquiété.

Si l’ergotisme a fait des ravages dans le passé, on en entend encore parler souvent. « En ce mois d’août 1951, les projecteurs sont braqués sur Pont-Saint-Esprit. En quelques jours, parmi les 4 200 habitants de cette petite bourgade tranquille du Gard, des centaines d’hommes et de femmes sont saisis d’étranges symptômes et des dizaines deviennent subitement fous« . Voici commence l’article du Monde qui relate cet empoisonnement boulanger…

  • Les champis : le futur du carburant !

Bon, les biocarburants, après avoir ravi tout le monde, ont fini par souffrir d’une réputation ternie. En bref, utiliser des terres agricoles non pour nourrir des populations mais pour fabriquer du carburant n’a pas bonne presse. C’est là qu’intervient le champignon Trichoderma reesei. Sa particularité : dégrader les végétaux (la cellulose) en sucres (composants de base de l’éthanol). Soit une aubaine pour fabriquer des biocarburants de deuxième génération à partir de débris végétaux. Pour la petite histoire, le champignon Trichoderma reesei a été découvert pendant la 2ème Guerre mondiale dans le Pacifique Sud. Il énervait tout le monde parce qu’à force de boulotter la cellulose, il détruisait tous les équipements en toile de coton de l’armée américaine…

Avis sur : Ce que vous ne saviez pas sur les champignons

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Chaque semaine dans votre boîte mail