X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Comprendre en 1 minute

Logo MQA

Une loi climat très forte pour changer l’agriculture des Pays-Bas

Objectif : réduire les émissions d'azote extrêmement polluantes.

Des vaches, illustration. Crédit : pxhere

Paru le 19 juillet 2022

Ecrit par Elsa de Mqa

Blocus, manifestations, opérations escargots, blocages de supermarchés… Une loi récente en faveur du climat dont l’objectif est de transformer radicalement l’agriculture des Pays-Bas excède les agriculteurs. On vous explique !

Que dit la loi ?

Le « plan azote » du gouvernement, dévoilé le 10 juin, est ambitieux. L’objectif est de réduire de 50 % les émissions d’azote d’ici à 2030. Les transports et l’industrie sont visés – d’ailleurs, la baisse de la limite de vitesse sur autoroute de 130 km/h à 100 km/h a été efficace – mais est surtout pointée du doigt l’agriculture. Le Pays-Bas est en effet le numéro 2 mondial en termes d’exportations agricoles, après les Etats-Unis.

La folie de l’agriculture des Pays-Bas

Aux Pays-Bas, il y a « huit poulets pour chaque habitant, un cochon par habitant, un quart de vache, 14 kilos d’engrais chimiques par habitant et par an », liste M. Erisman, un professeur de durabilité environnementale cité par France culture. En tout, 100 millions de bêtes peuplent ce pays de 18 millions d’habitants qui a la taille d’une région française ! Les dégâts sont énormes.

Pourquoi l’azote pose problème ?

Pour pousser, les plantes ont besoin d’azote. Il peut être apporté par du fumier, des légumineuses, du compost ou par des engrais azotés de synthèse. Or leur utilisation intensive, depuis un demi-siècle, a totalement bouleversé l’agriculture mondiale, « transformant un nutriment essentiel en un polluant mortel », comme l’explique l’agronome Claude Aubert dans Les apprentis sorciers de l’azote (Terre vivante, 2021). Leurs maux sont infinis : l’eau est contaminée par les nitrates, les algues vertes prolifèrent comme en Bretagne, leur épandage émet du protoxyde d’azote, un gaz à effet de serre près de 300 fois plus polluant que le CO2… Et sans parler du coût écologique de leur production ! Il faut une tonne de pétrole pour produire une tonne d’azote.

Pourquoi une telle colère des agriculteurs néerlandais ?

On leur demande de réduire, selon les zones, leurs émissions de 12 à 70 %. Pour cela, les cheptels devraient être réduits de 30%. « L’option favorisée est celle d’un rachat d’exploitation sur base volontaire et de revente des espaces vidés de leurs bêtes à des agriculteurs désireux de développer des modèles plus extensifs », explique Le Monde. « Si les récalcitrants sont trop nombreux, le gouvernement envisage d’exproprier des agriculteurs. » Une décision prise car les taux d’azote sont affreusement alarmants.

Des bénévoles plantent des haies. Crédit : Université de Leyde.
Des bénévoles plantent des haies. Crédit : Université de Leyde.

Aux Pays-Bas, nombre d’habitants savent qu’il faut agir. Sur le polder de Oud Ade, un projet a été lancé avec Maarten Schrama de l’Université de Leyde : « Faire revenir l’eau dans ce polder pour restaurer ses tourbières et leur biodiversité, tout en y testant différents types de cultures et d’élevages, à l’abri de nouvelles haies qu’une centaine de bénévoles s’apprêtent à planter », explique France culture. « Car l’avenir ne pourra plus s’écrire en préservant simplement certaines zones tout en continuant à polluer à côté mais en changeant de pratiques et en redéfinissant le rapport des hommes à leurs paysages. »

 

Avis sur : Une loi climat très forte pour changer l’agriculture des Pays-Bas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société