X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Ça fait réfléchir

Logo MQA

L’agnotologie, ou la science de l’ignorance

Ou comment certains industriels sèment le doute sur le danger du tabac, des pesticides...

Qu'est-ce que l'agnotologie ?

Paru le 7 septembre 2021

Ecrit par Elsa de Mqa

Comment peut-on encore douter de la réalité du réchauffement climatique, alors que tant de rapports scientifiques s’accumulent, que les forêts brûlent et que les insectes disparaissent ? Pour y répondre, il faut s’intéresser à l’agnotologie. C’est la science de l’ignorance. Ou plus particulièrement la « production culturelle de l’ignorance » comme le dit l’historien des sciences américain Robert Proctor.

C’est lui qui a créé le terme en 1995 dans Cancer Wars, un livre dont le sous-titre est Comment les politiques publiques façonnent ce que nous savons et ce que nous ne savons pas sur le cancer. L’idée de base, c’est que l’ignorance n’est pas forcément l’absence de connaissance… Elle peut aussi résulter d’une stratégie.

Typiquement, c’est celle qu’ont utilisée les cigarettiers pour contrer les informations relatives aux dangers du tabac.Comment ont-ils fait ? Voici quelques méthodes en vrac, résumées par le philosophe et maître de conférence à l’ENS de Paris Mathias Girel dans Libération : « Fonder un Comité de recherche de l’industrie du tabac, qui a « cherché » pendant quarante ans sans jamais véritablement incriminer la cigarette dans les cancers du poumon. Étouffer la recherche menée dans l’industrie, qui montrait, dès les années 50, que la cigarette causait des cancers. Financer de la recherche « contraire » pour relativiser les données épidémiologiques. Infiltrer les comités de lecture de revues médicales.»  Comme le résume Robert Proctor : « Le tabac a représenté la plus grande atteinte à l’intégrité intellectuelle depuis l’époque nazie. Au moins vingt-cinq prix Nobel ont perçu des sommes d’argent des fabricants.» « Le doute est notre produit », disait même un désormais célèbre mémo interne de la compagnie de tabac Brown & Williamson.

« La vérité scientifique n’est pas un aboutissement, mais un processus »

Utiliser la science pour contrer la science… On peut reconnaître aux industriels un tour de force. Instiller le doute, c’est d’ailleurs réclamer « toujours plus de recherches », sur des sujets pourtant bien étudiés. « Il s’agit tout d’abord de retourner contre la démarche scientifique le doute méthodique qui en fait partie, c’est-à-dire de transformer le doute qui est habituellement un moteur de la démarche scientifique en frein qui retarde l’accumulation de connaissances », explique Stéphane Foucart, auteur de la Fabrique du mensonge (Gallimard). « La stratégie du tabac fonctionne […] parce qu’elle se fonde sur l’idée reçue, très répandue, que la science fonctionne par démonstrations absolues et définitives », assure également le chercheur Luc Semal dans un compte-rendu du livre de Naomi Oreskes et Erik M. Conway, Les Marchands de doute (Pommier, 2012). « Or il n’en est rien : la vérité scientifique n’est pas un aboutissement, mais plutôt un processus, qui vise seulement à construire une vérité « au-delà de tout doute raisonnable » ».

Pourquoi parler d’agnotologie aujourd’hui? Parce que cette stratégie est toujours largement utilisée. Pour ce qui concerne le réchauffement climatique par exemple, ou bien le bisphénol A ou les néonicotinoïdes. Précisons que la tromperie n’est pas la seule manière de produire de l’ignorance (et n’est pas l’apanage des grands groupes). La sociologue de la santé Emmanuelle Fillion évoque aussi… la négligence. Et se base notamment sur l’exemple du Distilbène, une hormone dangereuse dont les autorités publiques se sont désintéressées… « L’ignorance n’est pas seulement le résultat d’une production active, elle est aussi parfois la conséquence d’un flou entretenu par les autorités sans intention de falsifier des savoirs, affirme-t-elle dans Télérama. Ne pas faire ou ne pas chercher à savoir provoque aussi des catastrophes sanitaires. »

Bien sûr, l’idée n’est pas de construire une société de la défiance, dans laquelle il faudrait, comme les complotistes, douter de tout – ou chercher partout des « marchands de doute ». Il s’agit simplement d’avoir les armes nécessaires pour décortiquer les discours de certains industriels, de politiques, ou de vos amis Facebook !

Pour aller plus loin :

– Le livre La fabrique du mensonge (Gallimard, 2014), de Stéphane Foucart

– Le documentaire « La fabrique de l’ignorance », réalisé par Franck Cuveillier et Pascal Vasselin

– L’émission radio Quand les industriels nous enfument, sur France Culture.

Avis sur : L’agnotologie, ou la science de l’ignorance

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les commentaires :

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société