X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez créer un carnet personnel où vous pourrez archiver vos recettes, vos articles, vos belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Coup de cœur durable

Logo MQA

Algo’Manne récolte à la main des algues en Bretagne

Nous avons goûté son tartare d'algues à l'huile et au citron

Algo'Manne

Paru le 8 décembre 2020

Ecrit par Elsa de Mqa

Testé et approuvé par MQA

Kombu, wakamé, nori, dulse, laitue et haricots de mer… Voilà ce que récolte à la main Julien Racault, dans le Finistère Nord. Lui qui a étudié la physique-chimie à Rennes a lancé son entreprise, Algo’Manne, en 2013.

Il pratique la taille douce, et non l’arrachage des algues et respecte ainsi le guide de bonnes pratiques donné par Initiatives Bio Bretagne. Les algues sont séchées à basse température et à l’abri de la lumière, ce qui leur permet de garder une bonne partie de leur valeur nutritive.

Nous avons testé le tartare d’algues composé de dulse, nori, et de laitue de mer, agrémentées d’huile d’olive et de tournesol, d’oignon, de vinaigre de cidre, de jus de citron et de poivre, tous issus de l’agriculture biologique. Très savoureux, il est parfait sur des tartines grillées. Algo’Manne commercialise également des algues séchées et de la spiruline bio.

Le saviez-vous ? La Bretagne est la première région productrice d’algues de France. La cueillette d’algues y est une pratique ancestrale. On a longtemps réservé les algues pour les champs et l’industrie. Les algues ne sont devenues un mets raffiné que très récemment.

Au XIXe siècle, on brûlait le goémon – les algues marines – dans des fours, sortes de tranchées en pierre le long de la côte, pour fabriquer de la soude puis de l’iode pour l’industrie du verre, de la photographie et du médical. L’activité s’est arrêtée dans les années 1950.


Tartare d’algues, 5 euros les 100 grammes + frais de port.

Le site d’Algo’Manne.

Avis sur : Algo’Manne récolte à la main des algues en Bretagne

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société