X Fermer

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Carnet perso

En créant votre compte, vous pourrez avoir accès à un carnet personnel où vous pourrez archiver les recettes, articles, belles adresses,... que vous souhaitez conserver.

S'inscrire à notre newsletter

Nous ne communiquerons pas votre adresse mail. Votre adresse mail est uniquement utilisée pour que vous receviez notre newsletter. Un lien de désabonnement est présent dans toutes nos newsletters.

Agir ensemble au quotidien
pour construire une société - plus saine, plus écologique, plus éthique -

Facebook

Twitter

Le chiffre

Logo MQA

Plus de la moitié des rivières de la planète ne coulent pas toute l’année

Ces cours d'eau intermittents doivent être protégés.

Un ruisseau. Public domain pictures

Paru le 19 octobre 2021

Ecrit par Elsa de Mqa

De 51 à 60 % des 64 millions de rivières et cours d’eaux mondiaux sont intermittents, révèle une étude franco-québécoise menée par des chercheurs de l’Université McGill et de l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement), publiée l’été dernier. En deux mots  : ils arrêtent totalement de couler au moins une journée par année.

« Compte tenu des changements continus du climat mondial et de l’utilisation des terres, on s’attend à ce qu’une proportion de plus en plus grande du réseau fluvial mondial cesse de couler de façon saisonnière au cours des prochaines décennies », a déclaré Bernhard Lehner, professeur agrégé au département de géographie de l’Université McGill et l’un des auteurs principaux de l’article. « En fait, poursuit le chercheur, de nombreux cours d’eau et rivières autrefois pérennes, y compris des sections de fleuves emblématiques tels que le Nil, l’Indus et le Colorado, sont devenus intermittents au cours des cinquante dernières années en raison du changement climatique, des transitions dans l’utilisation des terres, ou du prélèvement temporaire ou permanent d’eau pour l’usage humain et l’agriculture. »

Cette étude est importante car traditionnellement, les cours d’eau non pérennes intéressent moins la recherche. Ce non-intérêt, et donc ce manque de connaissance, entraîne un « pompage excessif de l’eau, à la pollution et à la surpêche dans de nombreux cas », souligne Mathis Messager, premier auteur de l’étude et étudiant en doctorat en géographie. Il ajoute : « Les rivières et les ruisseaux non pérennes sont des écosystèmes d’une grande richesse car ils abritent de nombreuses espèces distinctes, adaptées aux cycles de présence et d’absence d’eau.»

 

 

Avis sur : Plus de la moitié des rivières de la planète ne coulent pas toute l’année

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Par nos actions quotidiennes, nous avons le pouvoir de changer notre société