Facebook

Twitter

Google+

Des gens qui se bougent

Logo MQA

Quand la musique sauve les cultures

Trois producteurs racontent les bienfaits de la protéodie

La musique peut lutter contre les champignons qui s'attaquent aux courgettes © simplementNat Martel

Paru le 6 février 2018

Ecrit par deborah.berthier

La musique adoucit les mœurs.

Il n’y avait pas de raison pour que les plantes soient laissées pour compte. En diffusant des mélodies dans leurs cultures, certains producteurs arrivent à enrayer des maladies et booster la croissance des végétaux.

N’allez pas imaginer que l’on fait écouter du Mozart ou du Lou Reed à des concombres souffreteux.

Il y a une technique derrière ces étonnantes rémissions : la protéodie, contraction des mots protéine et mélodie. Les protéines constitutives des végétaux sont elles-mêmes composées d’acides aminés, pouvant être associés à certaines ondes. Ces ondes sont ensuite retranscrites en musique. Une musique qui agit directement sur la santé de la plante mais qui évidemment ne ressemble à aucune mélodie connue. Il est d’ailleurs déconseillé à une oreille humaine de l’écouter.

Trois producteurs témoignent des bienfaits de cette méthode.

genodics1-1024x768

« C’est un dialogue qu’on initie entre la plante et la maladie »

Alexandre Monmousseau est vigneron au Château Gaudrelle, au cœur de la vallée de la Loire. Il expérimente le procédé sur son domaine, par ailleurs en pleine conversion en bio, depuis 2012.

« J’ai recours à cette technique pour lutter contre l’esca. Ce champignon obstrue les vaisseaux du bois, ce qui conduit à une apoplexie de la vigne en période estivale, avec un taux de mortalité de 3 % à 7 % des ceps par an. Ce sont des ceps qu’il faut arracher, puis replanter. Le délai de mise à fruit est ensuite de cinq ans environ. Cette maladie avait un grave impact sur mes vignes et la rentabilité économique du domaine.

Depuis l’interdiction de l’arsenic de soude, il y a un peu plus de 20 ans, il n’existe pas de réelle solution pour faire face à cette maladie. Avec la protéodie, elle n’est pas éradiquée, mais le champignon est moins efficient et la plante plus résistante. Cette méthode n’a pas fonctionné immédiatement. C’est un dialogue qu’on initie entre la plante et la maladie et qui nécessite de nombreuses itérations.

Aujourd’hui les résultats sont là : sur les parcelles non traitées, le taux de mortalité des ceps est supérieur de 70 % environ. A partir de mi-avril, nous diffusons de la musique deux fois par jour environ, via un appareil spécifique alimenté grâce à un panneau solaire. Depuis l’an passé, nous testons également cette technique contre le mildiou, mais il est trop tôt pour se prononcer sur les résultats. »

 

« En diffusant 3 à 6 minutes de musique matin, midi et soir, les effets étaient incontestables »

Christian Douillard est responsable de la culture du concombre dans la serre des Trois Moulins à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, en Loire-Atlantique. Aujourd’hui, il a délaissé la protéodie pour d’autres alternatives, mais durant trois ans, il a pu constater les effets de la musique sur ses cultures.

« Je suis passionné par la biologie quantique et les techniques de culture alternative. Je connaissais donc la protéodie depuis un certain temps avant de l’expérimenter dans mes serres. Sur nos concombres, nous avions un problème de didymella, un champignon qui entraîne la pourriture du fruit et que nous avions du mal à traiter. Avec la protéodie, les résultats ont été presque immédiats. En dix jours, la maladie avait pratiquement disparue. A l’inverse, dès qu’un émetteur tombait en panne, elle réapparaissait. Nous avons d’abord fait des tests sur 2,2 hectares, la première année, puis sur 8 hectares ensuite.

J’ai ensuite voulu faire des essais sur le pythium, une autre maladie fongique qui entraîne l’apparition de tâches brunes sur les concombres. J’ai même participé à l’élaboration des partitions de mélodies. Nous diffusions la musique quand personne n’était dans les serres. Théoriquement, cette retranscription des ondes a un impact sur tout le vivant, nous, humains, compris. Mieux vaut donc agir avec précautions. En diffusant 3 à 6 minutes de musique le matin, le midi et le soir, les effets étaient incontestables. Comme j’aime tester de nouvelles méthodes, nous avons désormais arrêté d’utiliser la protéodie pour nous tourner vers d’autres alternatives, elles-aussi très prometteuses. »

 

« Conséquence inattendue : nos courgettes ont un goût plus doux »

Gilles Josuan est agriculteur. Il produit différentes variétés de courgettes, à Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône.

« Je tentais désespérément de trouver une solution contre le virus de la mosaïque. En faisant des recherches, j’ai découvert la protéodie, à l’automne 2006. Les deux premières années, les résultats n’ont pas été probants. On travaillait à l’époque avec des CD qui résistaient mal à l’humidité des serres. Même chose pour les panneaux solaires qui servent à alimenter les émetteurs de musique.

Mais j’ai tout de même persévéré. Je n’avais pas le choix. L’alternative était d’arrêter la production de courgettes. Et j’y croyais dur comme fer. Au fur et à mesure, j’ai commencé à distinguer des signes de l’efficacité de la méthode. Lorsque les appareils cessaient de fonctionner, les fruits étaient davantage abîmés, par exemple.

Aujourd’hui, nous avons stabilisé le processus et le virus a pratiquement disparu. Disons qu’il est toujours présent, mais qu’il met plus de temps à se développer et ne m’empêche plus de récolter les courgettes. J’ai disposé 7 appareils, sur mes 4 hectares de plantations. Ils diffusent toutes les nuits pendant quelques minutes. Mais tout ceci est assez empirique. Impossible de dire si la façon dont je procède est la plus optimale. Conséquence inattendue : le goût des courgettes est plus doux. Au départ, je me disais que c’était psychologique, mais nous avons organisé des dégustations à l’aveugle et les retours étaient clairs : nos courgettes sont réellement plus douces ! »

Avis sur : Quand la musique sauve les cultures

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Sondages

Les sports d'hiver et vous

Chargement ... Chargement ...

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Nous ne communiquerons pas votre adresse email.